Sortir les sortants

Par Mardi 24 octobre 2017 Permalink 3

« Sortir les sortants » continue d’être un leitmotiv de toute élection européenne. Les tchèques ont décidé samedi d’éliminer le parti du Premier ministre sortant Bohuslav Sobotka qui subit une chute brutale (7% des suffrages) en n’arrivant que 6e, pour offrir le pouvoir lors des législatives (29,7 % des voix) au mouvement populiste ANO du milliardaire Andrej Babis, qualifié de « Trump tchèque ». Une coalition devra être organisée avec l’un des 3 partis qui le suivent de loin en représentant 11 % des suffrages chacun.

Une explication du scrutin est-elle nécessaire ? C’est toujours la même: arrêter toute islamisation et imposer « une tolérance zéro de la migration », voire promouvoir un référendum sur la sortie de l’UE. Une ligne politique largement partagée dans les pays de l’est de l’Europe ainsi qu’au Royaume Uni et dans une moindre mesure au Danemark. Le résultat du référendum en Italie du nord reflète une problématique similaire.

L’islam montre une telle difficulté à s’intégrer partout où il s’implante, que la question commence à tarauder les tenants d’une immigration massive. France Culture d’une certaine façon en haut de la diffusion du politiquement correct, tentait ce matin, de relativiser la question du halal dans la religion, spécifiant qu’il ne s’agissait pas d’un des 5 piliers de l’islam. Les sociologues et intellectuels perçoivent que la question du manger est au cœur du « vivre ensemble » et que s’il est compliqué d’interdire le cochon aux européens, peut-être peut-on essayer de libéraliser les canons de la nourriture musulmane. Cela est fait en douceur en impliquant aussi le casher pour ne pas stigmatiser une communauté particulière. Sans doute sommes-nous nombreux à nous souvenir que dans les années 80 on pouvait recevoir naturellement un musulman à la maison avec en entrée une assiette de charcuterie et un coup de vin rouge sans le voir s’offusquer. Aujourd’hui les individus se définissent par leur foi.

Après avoir cherché à passer en force, les élites économico-politiques vont tenter de se montrer plus compréhensives vis à vis des populations qui accueillent les migrants. A force de sortir les sortants à chaque élection, il ne restera bientôt plus que des candidats trop catégoriquement islamophobes et anti européens. Il s’agit maintenant d’arrondir les angles pour poursuivre l’envahissement.

Frédéric Le Quer