Slobodan Praljak a avalé la ciguë

Par Vendredi 1 décembre 2017 Permalink 1

Slobodan Praljak, haut responsable croate, s’est suicidé immédiatement après que le juge du Tribunal Pénal International ait confirmé sa condamnation à vingt ans de prison pour crimes de guerre. Voilà un quart de siècle que ce tribunal de La Haye représente un défi à l’impartialité qui aurait dû être la règle de cette instance. 25 ans que les chrétiens sont présumés coupables et les musulmans systématiquement exonérés de leurs exactions. Ce jour-là, ce jour où l’homme de théâtre Slobodan Praljak, en effet, il n’a pas toujours été militaire, il était metteur en scène avant la guerre en ex-Yougoslavie, ce jour-là donc, 6 autres accusés croates de Bosnie étaient aussi condamnés. Comme le proclament les croates, les « décisions perverses » du Tribunal Pénal International sont des « injustices morales ». Et que valent ces jugements qui se targuent d’un semblant de loi par rapport à la morale dans l’inconscient collectif d’un peuple? Rien. Rien. Rien. Des milliers de bougies étaient allumées le soir même à Mostar, fief des croates de Bosnie, en l’honneur des condamnés.

Le simulacre de justice à La Haye s’est donc logiquement conclu par un drame. Néanmoins, « la contribution du général Slobodan Praljak restera d’une immense importance pour la survie du peuple croate sur son territoire historique durant la guerre patriotique », a déclaré la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic. Les puissances occidentales se sont discréditées avec ces procès plus iniques les uns que les autres. Aujourd’hui, leurs médias ont honte. A peine ont-ils osé mentionner l’acte courageux du héros national croate! Il s’agit pourtant d’un dénouement au panache retentissant qui témoigne de l’échec de la tentative d’étouffer la chrétienté dans les Balkans.

Il est temps de cesser de victimiser toujours et systématiquement les musulmans. On nous rabat les oreilles avec maintenant les Rohingya et bien sur parallèlement on conspue Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991 et dirigeante de la Birmanie, pour son silence sur le sort de cette minorité musulmane birmane. Demain il s’agira de s’apitoyer sur une autre minorité musulmane en chine ou en Inde! Mais quand s’arrêtera cette auto-flagellation dictée par nos ploutocrates?

Frédéric Le Quer