Serrurier-Bovy, Gustave (1858 Liège-1910 Anvers)

Par Dimanche 26 novembre 2017 Permalink 1

Nous évoquions hier un peintre dont l’oeuvre revient ces temps derniers au devant de la scène. Dans un tout autre domaine, l’artisanat d’art, Gustave Serrurier-Bovy reste en revanche assez mal aimé des enchères malgré un travail « modern style » non seulement très intéressant mais aussi parfois précurseur de l’Art déco, tel ce chevet, en une, de 1904, aux formes simples, évalué par Piasa svv, pour une vente à Paris en 2013, entre 20 000 et 30 000 €, qui ne trouva pas preneur.

Pourtant, bien avant Jean Prouvé (star des ventes, s’il en est!), Serrurier-Bovy présente un mobilier presque austère, produit industriellement pour en limiter le coût dans la philosophie du mouvement Arts & Crafts. « Un mouvement artistique se dessine qui semble devoir amener une révolution » déclare-t-il à l’époque, « La popularisation du sens esthétique doit être considéré comme une nécessité absolue; il faut que la grande masse participe à la vie artistique ». Pour éclairer cette grande masse justement, l’homme ouvre un magasin d’ameublement et de décoration à Liège avec des succursales à Bruxelles et Paris. Il est l’un des cofondateurs du salon de la libre esthétique à Bruxelles, organise à Liège une exposition universelle sur les arts appliqués, « L’oeuvre artistique ». Serrurier-Bovy est aussi dans plusieurs expositions à Londres, à l’exposition universelle de Paris en 1900 et de St Louis en 1904, au Salon du Champ de Mars entre 1896 et 1903, enfin ces ultimes travaux sont montrés à l’exposition internationale de l’artisanat d’art, à Bruxelles, en 1910. On le voit, c’est une personnalité active qui a beaucoup compté!

Ci-dessous, le bureau bonheur-du-jour, vers 1898, en chêne clair et laiton ouvragé, estampillé au fer chaud, 156 x 110 x 63 cm, estimé 7 000 à 8 000 € ne trouva pas non plus preneur dans une vente d’Ader svv à Drouot de 2011.SAM_5333

Enfin mentionnons tout de même les 3 175 € qu’il fallait prévoir pour acquérir la lampe à pétrole de table, ci-dessous, chez Millon svv à Drouot en 2010, en bois et laiton d’une hauteur de 47 cm et d’un diamètre de 21,5 cm.SAM_5334

Frédéric Le Quer