Révolution Trump contre révolution Macron

Par Jeudi 13 juillet 2017 Permalink 2

La révolution Trump se heurte pour notre 14 juillet à la révolution Macron. Révolution, le mot est banalisé, vidé de sa substance. Tout est aujourd’hui révolution. On se dépêche d’utiliser de mot pour ne pas connaître ce qu’il contient vraiment, la guerre civile, la destruction et la mort.

La révolution Macron semble être une histoire d’écologie. Notre président s’approprie la cop 21, tend la main à Trump pour qu’il réintègre les pays signataires. Quand son ministre Nicolas Hulot parle de supprimer 17 réacteurs nucléaires, Emmanuel Macron se fend d’une analyse macro économique où il lie le réchauffement climatique et la crise économique mondiale. Tout est dans tout et réciproquement! Les subprime et la sécheresse, la fonte des glaces et la création monétaire! Les organes de presse comme Libération viennent à la rescousse en expliquant que le printemps arabe était dû à l’ensoleillement exagéré de l’époque. Rappelons aussi que la révolution française fit suite à deux années de récolte pourrie à cause du mauvais temps! Bref l’écologie concerne aussi bien ceux qui sont tout qui se voient obliger de croiser dans les gares ceux qui ne sont rien, que ceux qui ne sont rien et qui même terrés chez eux finissent toujours par voir un bout de ciel. La révolution Macron, c’est la promesse d’un beau temps en été, de la neige en hiver, d’un automne pluvieux et d’un printemps gai comme un pinson.

La révolution Trump ne s’intéresse pas au temps qu’il fait. Elle se focalise sur les mouvements de population en faisant de leur limitation son fer de lance. Quand les mondialistes ont la tête dans les nuages, les souverainistes gardent les pieds sur terre. Trump organise la résistance. Il rameute l’Europe de l’est et les pays fiers de leur culture. A l’inverse de ce que dit Macron, les traites sont ceux qui prônent le multiculturalisme. La révolution Trump, c’est la recomposition d’un monde dans lequel les chinois sont des chinois, les anglais des anglais, les allemands des allemands, les africains des africains. Nul besoin de vilipender ces derniers en leur intimant l’ordre de devenir des occidentaux. La civilisation africaine, celle du corps, celle des sens, celle capable comme aucune autre d’intellectualiser toute forme zoomorphe au point de la ramener magiquement à l’essentiel peut rester ce qu’elle est. La révolution Trump c’est le respect des cultures, leurs différences faisant toute le richesse du monde.

Alors la révolution Macron contre la révolution Trump s’annonce comme un dialogue de sourd. Ils se servent l’un de l’autre chacun pour des questions de politique intérieure. Un grand cirque médiatique sans lendemain commence pour le 14 juillet.

Frédéric Le Quer