Regroupement familial

Par Vendredi 2 février 2018 Permalink 6

Dans son projet de loi immigration plus laxiste que jamais et bien en accord avec le mondialisme du président Macron, le gouvernement prévoit pour les migrants l’extension du bénéfice du regroupement familial non seulement aux ascendants directs au premier degré, mais aussi aux frères et sœurs. Compte tenu de l’énormité des fratries existantes dans les pays d’émigration, il s’agit là de l’ouverture en grand des frontières françaises à toute la misère du monde. Il s’agit aussi d’un bon coup de knout supplémentaire sur la tête des français qui devront encore se pousser pour laisser la place aux autres d’Afrique, d’Afghanistan, du moyen-orient, etc, etc, etc…

Hier, en revanche, en Allemagne, un accord totalement opposé entre la CDU-CSU et le SPD a été trouvé et ces partis ont voté ensemble une loi durcissant le cadre du regroupement familial pour les réfugiés outre-Rhin. Seulement un millier d’entre eux, chaque mois, auront l’occasion de réunir leur famille sur le sol teuton. La grande coalition est donc presque de retour grâce, en partie, à une vision identique des partis sur la question migratoire qui préoccupe de plus en plus les citoyens. Alors qu’en Allemagne les dirigeants tentent de soulager la population en percevant et en cherchant à atténuer le sentiment de la population d’être envahi, le gouvernement français en rajoute encore une couche et facilite toujours plus le flux entrant.

En Italie, Matteo Salvini, candidat au post de président du conseil, prenant en compte les mêmes questions que les dirigeants allemands mais sous un autre angle, déclare son intention d’expulser 100 000 migrants clandestins par an. La France, elle, en 2017, a délivré 262 000 nouveaux titres de séjours, battant tous les records (ces chiffres ne comprennent ni les étrangers mineurs, qui ne sont pas astreints à détenir une carte de séjour, ni bien sûr l’immigration clandestine). Et les naturalisations françaises ne cessent de croître quelque soit le degré d’assimilation des candidats.

On voit que les allemands sont en train de se ressaisir. Tant mieux pour eux. Tant mieux pour nous aussi, leur pays sera peut-être pour nous un jour un refuge! Les élections italiennes vont se jouer sur la question migratoire et là aussi il s’agit d’une bonne chose. Les nations européennes semblent donc se reprendre un peu à part la France. On voudrait bien entendre les souverainistes français une dernière fois, bien qu’incontestablement, il soit déjà trop tard.

Frédéric Le Quer