Racailles en prison

Par Samedi 5 novembre 2016 Permalink 4

Pendant que les policiers s’époumonent tous les soirs, partout en France, à réclamer avec le slogan « Racailles en prison » des peines effectives pour les délinquants, Emmaüs France, la Ligue des droits de l’Homme, l’Observatoire international des prisons, et plusieurs associations de professionnels de la justice et de syndicats pénitentiaires demandent à l’Assemblée nationale de ne pas financer le volet du budget 2017 prévoyant la construction de nouvelles prisons. La schizophrénie française se porte bien!

Plus d’un milliard d’€ doit être consacré à ces bâtiments. 4355 places en plus pour des détenus alors que probablement il en faudrait 10 fois plus, sont les solutions trouvées par le gouvernement dont le laxisme en la matière a fini par mettre dans la rue des policiers qui ne nous avaient pas habitué à une telle rébellion. La mise en prison n’est pas une question de quota. Elle répond à des délits commis. Si la population vivant en France avait le même respect des lois que celle vivant ailleurs en Europe, le manque de cellules d’incarcération ne serait pas une question. Mais notre immigration d’extrêmement basse extraction provoque les comportements criminels de gens refusant toute instruction. Écoutons les chiffres officielles pour une fois: 5 à 10% de la population pratiqueraient en France la religion musulmane, mais les tenants de cette religion correspondent à 60% des détenus. Qu’attend l’Union des Organisations Islamiques de France pour demander à ses fidèles de respecter les lois de la république? Et si elle s’y refuse qu’attend le gouvernement pour mettre les points sur les i?

Les racailles dénoncées dorénavant par tout le monde sont majoritairement musulmanes. Ce n’est pas de la faute des juifs ou des chrétiens ou des athées si l’islam professe vis à vis de tout ce qui n’est pas lui, la sauvagerie et la haine, et dédouane, de fait, toutes les attaques sur un sol français qui n’est pas encore terre d’islam. En Allemagne aussi les vols et les violences ne cessent de croître depuis qu’Angela Merkel a ouvert en grand ses frontières.

L’état, gouvernement et corps intermédiaires mélangés, a peur de mettre les racailles en prison parce que les racailles sont musulmanes. Les responsables réfléchissent en terme d’ethnies au lieu de réfléchir en terme de délinquance. Les voyous doivent être sanctionnés et s’ils sont surtout issus d’une communauté, il faut soumettre celle-ci à nos lois sans pitié.

Frédéric Le Quer