Quelques constats sur l’immigration

Par Samedi 1 août 2015 Permalink 21

Constat: l’Europe se laisse envahir complaisamment par des populations issues de l’immigration.

Constat: ces populations viennent principalement d’Afrique et du Moyen Orient en raison de la proximité géographique mais celles venues d’ailleurs sont également les bienvenues.

Constat: les cultures européennes se voient obliger de se pousser pour laisser la place à la grande religion venue d’outre-Méditerranée.

Constat: le choc civilisationnel qui en résulte est minimisé voire nié par le pouvoir.

Constat: la baisse du taux de natalité en occident est plus que compensée par cet afflux de population.

Constat: le libéralisme économique et sociale n’arrive pas à s’installer sérieusement en Afrique et au Moyen- Orient qui au contraire s’orientent de plus en plus vers des régimes théocratiques.

Constat: indéniablement ce glissement théocratique va rapidement concerner certains endroits situés sur le sol européen, la France étant déjà concernée.

Constat: mais la volonté des multinationales reste de multiplier le nombre de consommateurs disposant d’un pouvoir d’achat même petit dans des espaces économiques encore résilients donc en occident.

Constat: en même temps que le nombre de consommateurs s’accroît en Europe avec l’immigration, les nouveaux arrivants importent leurs problèmes politiques et culturels.

Constat: les gouvernements occidentaux entre les mains des multinationales ne cherchent plus à maîtriser les problèmes de société posés par l’immigration.

Constat: les profits engrangés par les entreprises grâce à ce phénomène sont faits aux dépens du bienêtre des populations autochtones.

Constat: la situation devient de plus en plus explosive en l’absence logique de toute intégration puisque celle-ci est inutile compte tenu du très grand nombres d’immigrés.

Constat: sans la capitulation des pays d’accueil ou le renoncement des arrivants à leur strict obéissance à la religion en laquelle ils croient, nous nous dirigeons droit vers la guerre civile en Europe.

Frédéric Le Quer