Que fait le parti Les Républicains?

Par Vendredi 20 novembre 2015 Permalink 3

Le parti Les Républicains recule dès que le pouvoir se présente à lui. Si on comprend bien la tac-tic d’Alain Juppé qui donne dans le consensus mou espérant être élu grâce aux voix des électeurs socialistes, faisant fi de ce dont la France a besoin du moment que son ambition est exaucée, le jeu des autres est incompréhensible.

Il y a d’abord les seconds couteaux style Xavier Bertrand ou Bruno Le Maire qui sont dans la cour des tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, les terroristes sont des méchants et la France est tous ensembles, tous ensembles ouais, ouais! Ils ne représentent qu’eux mêmes et leur prise de parole, relayée par les médias qui aiment « les danseurs » pour reprendre le qualificatif de Milan Kundera qui leur convient parfaitement, n’intéresse personne.

François Fillon a l’air de comprendre dans quoi le parti Les Républicains se laisse embarquer par François Hollande qui si il fait un bien piètre président, reste une épée dans l’édification de combines politiciennes quelque soit le drame national. Hélas, il se tient au milieu du guet, critique fermement certes, Taubira, Fabius, Hollande mais ne va jamais au bout de la logique, celle qui devrait sanctionner les manquements gravissimes de l’état. Il se garde bien de vilipender Bernard Cazeneuve ce qui de fil en aiguille le pousserait à demander la démission au moins du gouvernement.

Nicolas Sarkozy a ce weekend fait illusion mais comme lui non plus n’a pas été au bout de sa démarche, ses critiques et ses propositions se retournent contre lui. Les centaines de morts et de blessés depuis le début de l’année exigent des positions claires. L’incurie gouvernementale devrait entraîner l’éviction des dirigeants. Une autre politique est possible, loin des querelles de droit constitutionnels qui ne riment à rien. Mais pour ça, il faut que Sarkozy retrouve ses couilles de la campagne de 2007.

Les français meurent pour rien car le pays ne mène pas les actions nécessaires pour éradiquer les islamistes qui sont sur son sol. C’est sans doute le plus affreux. Le gouvernement et sa majorité refusent toujours d’expulser les salafistes de nationalité étrangère. Certains d’entre eux nous tueront un jour ou nous feront tuer par d’autres. Les minutes de silence et les Marseillaise qui s’en suivront ne seront qu’un cirque abject fomenté par des lâches.

Frédéric Le Quer