Pujadas finit en beauté

Par Vendredi 3 mars 2017 Permalink 4

Certains moments de télévision valent leur pesant d’or. C’était le cas hier soir lors de l’interview sur France 2 par David Pujadas d’Emmanuel Macron. « Vous savez, on dit que vous êtes un séducteur! » proclama le journaliste à la fin de la rencontre, la langue sèche à force d’avoir léché les talons des Berluti du banquier d’affaire pendant de longues minutes. Ce dernier à moitié satisfait de la réflexion qui devait avoir été improvisée dans un élan qui n’était pas aussi naïf qu’il y paraissait, comprit que l’entretien si accommodant jusque là se clôturait sur une vacherie!

Pujadas avait sorti la seule vérité qui fut émise tel un courtisan un peu las du rôle joué. Remplaçons séducteur par démagogue et probablement avions-nous le fond de la pensée du journaliste! Bien sûr, ce n’était pas lui qui pensait apparemment cela, c’était dans Paris, c’était des bruits qui couraient! Mais il se faisait le porte parole timide de ce que pense tous les français un peu lucide. Macron est un sophiste qui pour plaire à l’auditoire qu’il a en face de lui est prêt à dire tout et son contraire. Il n’a de colonne vertébrale idéologique qu’un mondialisme chevillé au corps. S’il est pro européen c’est parce que Bruxelles est mondialiste. La libre circulation de tout et tout le monde est son credo.

Si les français comprennent bien le sens de la politique qu’Emmanuel Macron veut leur infliger, alors ces élections si mal parties deviendront un grand moment d’intelligence collective. Un éclairage clair ce qui serait une fierté nationale, peut permettre aux électeurs de s’engager en toute connaissance de cause. Souverainisme vs mondialisme. Souveraineté populaire vs mondialisation par définition antidémocratique. Le clivage est net. Macron doit cesser d’avancer masqué pour que les citoyens choisissent leur camp en toute connaissance de cause.

Frédéric Le Quer