Propagande

Par Mercredi 20 juillet 2016 Permalink 5

La propagande gouvernementale et médiatique se mobilise après l’attentat de Nice.

Depuis hier un grand concours naît dans nos médias sur le nombre de victimes musulmanes du terroriste. C’est à celui qui citera le chiffre le plus important et l’hebdomadaire Le Point, ce journal qui roule pour Alain Juppé, ce qui en soit n’est pas un crime à condition d’éclairer les quelques lecteurs qui lui restent, n’hésite pas à annoncer précisément 30 morts. Les statistiques ethniques sont apparemment autorisées dans certains cas et pas d’autres…

L’important une fois encore n’est pas de dire la vérité mais de faire de la bonne propagande.  » Citoyens français vos compatriotes musulmans subissent comme vous le terrorisme! » Ok, mais la chose difficile à nier même pour de bons communicants, c’est que 100% des tueurs viennent de cette fameuse communauté qui quoiqu’on dise se sert les coudes et continue nuit après nuit ses actions de sape contre les services de l’état comme par exemple à Beaumont sur Oise, il y a quelques heures. Après l’horreur commise par un de ses membres n’eut-il pas été décent qu’elle montrât une certaine réserve? Apparemment ce n’est toujours pas d’actualité et le harcèlement contre les forces de l’ordre continue à un train soutenu.

La tentative intéressante de la part du gouvernement pour se dédouaner du drame est aussi un bel exemple de propagande: il n’était pas prévisible, le tueur s’est radicalisé trop vite. Cette approche est un parfait sophisme! Au contraire on doit s’étonner de la part d’un homme venu d’un foyer d’extrémistes religieux de Tunisie avec un père qui est une édile locale dans la mouvance des frères musulmans qu’il ait mis tant de temps à passer à l’acte! Si les origines familiales ne sont pas pour nos services de renseignement un indice de la personnalité d’un individu, ils se privent d’une source pouvant être particulièrement instructive.

La propagande est le fruit d’une imagination débordante de cerveaux qui feraient mieux de chercher des solutions plutôt que de berner les citoyens. Depuis le génial coup de « Je suis Charlie », leurs arguments se sont émoussés pire ils excitent les gens dans le sens opposé de là où ils veulent en venir. Il faut espérer que les morts d’aujourd’hui fomentent la sédition populaire de demain.

Frédéric Le Quer