Presse subventionnée

Par Lundi 5 septembre 2016 Permalink 3

Une presse pluraliste est inutile en France. Elle n’a absolument pas besoin d’être proche d’un lectorat quel qu’il soit. L’important pour elle est d’être proche du pouvoir PS ou LR, celui qui lui vote régulièrement de grasses subventions. Et malheur à celle qui resiste!

Nos impôts servent à faire écrire ce avec quoi le peuple est en désaccord profond. Nos impôts servent la propagande officielle éhontément. Chaque ministre da la culture ajoute une nouvelle subvention en faveur de la presse officielle de moins en moins lue. Mme Pellerin, l’annee dernière, Mme Azoulay au mois d’août offrent de l’argent aux médias dont les représentants ne cessent de passer à la télé pour prêcher la bonne parole. Normal, il y va de leur salaire à la fin du mois qui si il fallait compter uniquement sur leurs lecteurs tendrait vers zéro.

En effet le lectorat est une peau de chagrin balzacienne! Il diminue avec le temps qui passe et les articles mondialistes et bien pensants paraissant quotidiennement en exaspérant les citoyens. Le journal Valeurs Actuelles qui refuse de boxer dans cette catégorie n’a pas de subventions mais en revanche bénéficie d’une légitimité que les autres n’ont pas: son nombre de lecteurs grimpent.

La liberté de la presse s’arrête dorénavant aux conditions du versement des aides publiques et dans ce domaine il ne s’agit pas de dire du mal des migrants ou de l’islam. Les sentinelles droitdelhommistes veillent et tout écart risque d’entrainer du pognon en moins car les conditions des aides dépendent de ça.

Les élections sont ainsi contrôlées efficacement. La quote de popularité de Marine Le Pen prouve cependant que les français refusent de s’en laisser conter. De la à obtenir une majorité, avec le bourrage de crâne médiatique, ce sera difficile.

Frédéric Le Quer