Présidentielle 2017

Par Lundi 30 janvier 2017 Permalink 3

La présidentielle 2017 se décante et s’obscurcit. Les candidats sont là mais nul ne peut prédire ceux qui iront jusqu’au scrutin. Cette inconnue vient du refus de recomposer le clivage politique de droite/gauche en souverainiste/mondialiste.

Le dernier en date Benoit Hamon est un spécimen intéressant. Son programme n’est possible que dans le cadre d’une France souveraine. Les déficits records qu’il propose dans un monde où le travail disparaît, ne seront jamais possibles dans le cadre de l’Union Européenne dirigée par l’Allemagne. Le revenu universel restera illusoire tant que la France ne contrôlera pas ses frontières puisqu’il constitue un appel d’air formidable à tous les miséreux d’Afrique, du proche orient, d’extrême orient, d’Amérique du sud, enfin des cinq continents. Malgré tout, ce candidat qui n’est pas à une incohérence près, ce candidat démagogue au plus haut point puisqu’il sait qu’il ne sera jamais élu, ne remet en cause ni l’Union Européenne, ni l’€. Ce mondialiste est un escroc intellectuel. Avec moins de panache, il ressemble à Mélenchon. Des gauchistes perdus dans la mondialisation, idiots utiles aux puissances de l’argent que l’on retrouve à Davos par exemple, alibis à un monde voulu unipolaire et anti démocratique puisqu’ils n’existent que pour alimenter un clivage droite gauche obsolète.

Donc de ce coté mondialiste, le couple Hamon/Mélenchon mène un combat similaire. De ce même coté mondialiste, le couple Macron/Fillon joue dans la cour de ceux qui veulent véritablement accéder au pouvoir. Économiquement les deux hommes ont donc une politique de l’offre au lieu de celle de la demande des deux précédents. Une politique de l’offre veut dire moins de droits pour les travailleurs et plus de profits pour les entreprises. Le cadre mondialiste des deux couples est identique. Rien n’est fondamentalement remis en cause. C’est la continuité sans le changement y compris avec le couple Hamon/Mélenchon qui inévitablement après quelques mois au pouvoir opéreront la marche arrière qu’avait opéré Mitterrand en 83 et rentreront dans le rang ou partiront.

Donc la mondialisation est représentée par les quatre candidats, Hamon, Mélenchon, Fillon, Macron. De fausses différences entre eux sont mises en exergue pour donner le change à des électeurs avec cette proposition faussement disparate. La vérité est qu’ils sont quatre conservateurs ne remettant pas en cause le cadre de la globalisation. Le souverainisme n’est représenté sérieusement que par Marine Le Pen. Elle le tente avec une politique économique de la demande bien, plus cohérente que Hamon/Mélenchon. Mais son nom de famille est un handicap. Le nom de son parti aussi. Pourtant ses idées ont le vent en poupe. Trump en les mettant en pratique leur donne leurs lettres de noblesse. Il faudra néanmoins qu’à elle seule, elle terrasse les quatre autres. Sacré challenge pour la présidentielle 2017!

Frédéric Le Quer