Politique de l’offre

Par Mardi 25 avril 2017 Permalink 3

La politique de l’offre dans un cadre mondialisé à l’extrême, a encore gagné. Les français n’ont probablement rien compris à l’enjeu, à LR et au PS, l’art de la combinazione prenant largement le pas sur le débat d’idée. Il n’est pas question de projet, ils ont à peu près le même, mais de partage des postes à pourvoir. Le PS, plus malin, s’est couvert avec deux fers aux pieds, Macron et Hamon. LR n’avait qu’une brebis galeuse à proposer et se rallie piteusement à Macron. Les frondeurs de Hamon se lient sans vergogne à l’un des participants réguliers du forum de Davos. Malgré 12% d’opinions favorables à Hollande, son clone va donc être élu. Ce dernier est la suite de Sarkozy, Chirac ou Mitterrand. Il est l’image éthérée, propre, publicitaire de la politique de l’offre accompagnant la mondialisation qui, par essence, fait reculer la démocratie.

Le profit des multinationales est la seule chose qui compte. Les personnes morales sont favorisées pour enrichir quelques personnes physiques. Coût du travail moins élevé par une flexibilité plus grande. Derrière cela impôts, temps et conditions de travail, retraites sont déclinés pour améliorer toujours plus les profits des grandes entreprises. Leurs dirigeants sont aussi directement favorisés avec la décision de sortir les bien mobiliers du calcul de l’ISF. La cerise sur le gâteau est l’afflux innombrable de travailleurs pour déséquilibrer le marché du travail en faveur de ceux qui embauchent contre ceux qui demandent à être embauchés. Cet afflux est rendu possible par des guerres injustes entraînant l’enracinement de la pauvreté dans les pays à forte croissance démographique. Cet afflux est maquillé ensuite par de l’humanitaire qui a pour but majeur de culpabiliser honteusement les citoyens occidentaux qui rechignent, de manière à ce qu’ils se poussent, laissent la place aux autres, s’appauvrissent volontairement.

Le rôle machiavélique de chef d’orchestre de cette imposture va être dévolu à Emmanuel Macron. Il est parfait pour ça. Sa campagne montre depuis le début qu’il n’a aucune conscience, aucune morale, aucune éthique. On l’a vu encore avec son odieuse soirée à Montparnasse. Le pouvoir responsable est d’abord une austérité parce qu’il est par essence tragique. Avec Macron c’est un hédonisme! Cinq ans de plus sont donc donnés à lui et ses amis pour mettre définitivement en coupes réglées une population masochiste.

Frédéric Le Quer