Un peuple en guerre

Par Mercredi 22 octobre 2014 Permalink 24

La gauche a arbitré en faveur des classes issues de l’immigration contre les classes populaires. Ces dernières, un moment isolées sont désormais suivies par le Front National. Leurs idées, leurs solutions à la crise économique sont violemment combattues, stigmatisées par le monde médiatique dorénavant relais de la propagande du grand patronat. Une alliance objective, une coalition, voit le jour contre le peuple français entre ploutocrates et immigrés, entre l’ultralibéralisme mondialisé et le Parti Socialiste.

Cette donne totalement nouvelle place la France en rupture catégorique avec son passé. Nulle explication issue d’une analyse historique de la révolution ou des années trente ou encore de la libération ne permet d’appréhender intelligemment la bataille qui se joue. La survie d’un peuple est en jeu, un peuple qui depuis des siècles n’a jamais hésité à rebattre la donne sociétale en déboulonnant les élites au fur et à mesure, arrachant les chaines pour ne pas subir le joug de dirigeants déconnectés. Mais là, la pression médiatique est si forte, si organisée, l’asservissement politique si bien maîtrisé, contrôlé, que la défaite des français devient possible. Le peuple est tétanisé.

L’idée diabolique a été de mettre face à face les travailleurs français et les populations miséreuses venues des pays du tiers monde. Cette division de la classe la moins riche sous couvert de charité et de bons sentiments a permis la primauté et la main mise de la haute bourgeoisie libérale sur l’état, celle-ci ne voulant plus subir la volonté du peuple, ni la force des baïonnettes!

La gauche a trahi et cible dorénavant son électorat en fonction de critères ethniques. Hormis la maladresse du mariage pour tous et ses corollaires GPA et PMA vite oubliés, toutes les mesures prises par le gouvernement vont dans le sens de l’intérêt des immigrés venus d’Afrique, musulmans la plupart du temps. Les décisions sont prises à l’aulne de leurs besoins matériels et de leurs exigences religieuses. La loi sur la famille qui vient d’être voté est un bel exemple de cette soumission en favorisant les familles nombreuses désargentées issues, chacun le sait, de l’immigration.

L’UMP est contrainte, après avoir résisté avec le RPR, de s’aligner sur le dictat mondialiste et ultralibérale. Elle renonce ainsi à la grandeur du gaullisme qui était soutenu par une certaine bourgeoisie paternaliste comme par une partie de la classe ouvrière. Quelques uns de ses représentants entretiennent cependant un certain flou qui lui permet par méprise d’être une force électorale majeure.

Les cartes sont sur la table. Le clivage est clair. Des intérêts fondamentalement divergents poussent à l’affrontement. L’afflux actuel d’immigrés contre toute logique économique montrent que les forces mondialistes sont prêtes à submerger un peuple historiquement bien trop rebelle pour ne pas devoir être contraint. Mais le paramètre de la crise économique est une inconnue dont la portée est insaisissable pour tous.

Frédéric Le Quer