Pénélope, la mère au foyer

Par Vendredi 27 janvier 2017 Permalink 3

« Ma petite entreprise connait pas la crise! » chantait Alain Bashung. Celle de François Fillon non plus. Cela n’en fait pas pour autant un criminel. Il fait bosser sa famille au frais de l’état. Un peu comme Jean-Marie Le Pen, qui déclarait, « Je préfère mes filles à mes nièces, mes nièces à mes cousines, mes cousines à mes voisines, mes voisines à des inconnus et des inconnus à mes ennemis. » lui préfère sa femme Pénélope et ses fils auxquels il fait profiter des avantages que lui procurent ses fonctions. La famille Fillon fait partie de ces armées de zombies improductifs et inutiles pour un état qui vivent largement en se servant des impôts payés par le peuple. François Fillon n’est qu’un « primus inter pares », pas meilleur que ses collègues du parlement, juste un peu plus en vue. Il n’en est pas moins dramatique pour un pays de ne pas avoir été capable de faire éclore un être supérieur aux autres dans un moment historique aussi capital que celui que nous sommes en train de vivre.

L’affaire Fimalac est surement plus grave car pèse sur elle l’échange classique de bons procédés. « Tiens Marco (Marco pour Marc Ladreit de Lacharrière bien sûr) pour cette investissement je t’arrange tes crayons et en contre partie t’embauchera Pénélope! » Et voilà Pénélope en train de rédiger laborieusement penchée sur son cahier d’écolière quelques fiches de lectures bien senties. Enfin 2 fiches aux dernières infos. Son mari nous a dit qu’elle était tout à fait suffisamment diplômée pour un tel job. Tant mieux mais cette justification sent aussi l’entourloupe… Qu’elle ait fait ce travail elle-même ou pas est tout à fait secondaire. Parce que la seule vraie question qui vaille est: Contre quel service rendu par l’état a-t-elle pu bénéficier d’une telle sinécure?

Tout cela n’est décidément pas convenable. C’est d’autant plus dommage que François Fillon n’a pas l’air mauvais. Juste entraîné dans ce tourbillon des élites qui se tiennent toutes par la barbichette et bloquent dorénavant l’ascension sociale des classes en-dessous d’elles!

Frédéric Le Quer