Odiot, une prestigieuse maison d’orfèvrerie

Par Samedi 29 avril 2017 Permalink 1

Le processus de création de la maison Odiot mis en exergue actuellement par le musée des arts décoratifs à Paris, n’est pas celui d’un démiurge fou, alcoolique ou drogué au prise avec ses démons mais une affaire de travail approfondi, austère, laborieux aboutissant depuis le premier empire à des pièces d’orfèvrerie d’une irréprochable qualité. Les mots, les images, les esquisses, les moules mènent à la fabrication d’objet en argent servant le plus souvent aux arts de la table. Après l’artiste créateur, dessinateur, viennent s’arrimer de nombreux métiers tels les planeur, tourneur-repousseur, monteur, ciseleur, polisseur-aviveur.

Jean-Baptiste-Claude Odiot (1763-1850) a édifié l’entreprise d’orfèvrerie française la plus prospère et la plus fréquentée par toutes les cours européennes de son temps en prenant la succession de son père. L’empire la voit exploser, la restauration consacre sa gloire en faisant de la maison Odiot le fournisseur attitré de Louis Philippe. Encore de nos jours de nouvelles pièces sont inventées en collaboration avec divers designers.

Aux enchères, les pièces de la maison sont bien prisées. la soupière en une avec son dormant en argent aux armes du comte de Lariboisière, poids 9,654 kg, H 36 cm fit frais compris chez Beaussant-Lefèvre à Drouot le 11 mars 2015, 29 000 €. Au poids, l’objet n’aurait valu qu’autour de 4 000 €. Il faut noter qu’il s’agit d’une pièce moderne réalisée d’après un modèle de Charles-Nicolas Odiot (1789-1869) de 1850 qui remettait à l’époque le rocaille à la mode et qui était désignée dans les registres comme « une casserole couverte sur réchaud rond ».

La pièce originale ci-dessous du second empire fut beaucoup plus chère. Elle porte l’inscription « A Monsieur… Député de la Seine inférieure… 1866″ et représente un imposant centre de table (73 X 28 X 45 cm, 11,5 kg) qui s’est vendu le 13 avril dernier chez Marc-Arthur Kohn 50 956 €.SAM_3661

La prestigieuse maison Odiot travaille aussi avec d’autres maisons tout aussi renommées dans leur domaine. Le vase ci-dessous en verre Baccarat enserré dans une monture en vermeille figurant des feuillages et des fleurs, poinçons et marques de l’orfèvre et signé Odiot-Paris, vers 1890-1900, h 19 cm fit chez Aguttes à Drouot le 13 février 2013, 1403 € frais compris.SAM_3660

Frédéric Le Quer