Odilon Redon (1840-1916)

Par Dimanche 28 mai 2017 Permalink 1

L’imagination et le rêve représentent l’univers d’Odilon Redon. Ce peintre symboliste, né dans le sud-ouest, tire son âme d’artiste de son père. Aucun professeur n’a su dompter ce rebelle; à 24 ans il claque la porte de l’atelier de Jean-Léon Gérôme! Ce n’est par pour autant qu’il reste, malgré de solides inimitiés, incompris puisque des intellectuels comme Mallarmé soutiendront son oeuvre.

Son oeuvre, après de courtes études d’architecture, est d’abord conçu en tant que sculpteur et lithographe. La guerre de 1870 interrompt ses débuts. Démobilisé, il habite Montparnasse et se lie d’amitié à Fantin-Latour. Le travail de Goya le fascine. En pleine époque impressionniste, Odilon Redon se situe ailleurs. Ses paysages viennent de ses songes; il est l’inverse des impressionnistes. Sa peinture le rapproche de James Ensor, Gustave Moreau ou Puvis de Chavanne. Les historiens de l’art comptent 3 grandes phases chez lui. Celle des noirs d’abord avec les recueils lithographiques, les hommages à Goya. Puis à partir de 1890 la couleur, le pastel, se substitue petit à petit aux fusains. Mais le début du XXe siècle voient les grands formats en couleurs primés avec des thèmes mythologiques, des visions christiques, des apparitions fantastiques.

Concernant les ventes aux enchères, le vieux chevalier ci-dessous, lithographie (30 x 23,5 cm) de 1896 paraphée au crayon, tirage de 100 épreuves, fit chez Ader ovv, le 10 décembre 2015, 2800 €.SAM_3787

Concernant les œuvres originales, l’artiste est très rare aux enchères publiques. Citons néanmoins le pastel sur papier ci-dessous, 67,4 x 48,7 cm, qui chez Joron-Derem à Drouot fit le 11 décembre 2014 488 280 €.SAM_3784

Mentionnons pour finir cet autre pastel, chez Kohn Marc-Arthur 60 x 40 cm qui fit le 30 novembre 2011 400 000 €.SAM_3783

Frédéric Le Quer

PS: En une, « la cellule d’or, vers 1892, huile et peinture métallique sur papier, 30,1 x 24,7 cm, au British Museum, Londres