Nos députés sont des enfoirés

Par Jeudi 7 juillet 2016 Permalink 1

L’assemblée nationale est composée de 577 députés. Il ne fallait que 58 signatures pour déposer une motion de censure contre la loi travail. Les trois quarts des français étaient hostiles à l’utilisation de l’article 49-3. 60 % des français rejettent la loi Travail.

Il n’y a donc pas 10% de députés dans l’hémicycle capables de se mettre d’accord pour être en osmose avec la majorité de la population! Plus que l’utilisation par le gouvernement d’une procédure prévue par la constitution, c’est le décalage phénoménal entre les électeurs et les élus qui dénote le déni de démocratie.

Certes, il y eut un psychodrame entre socialistes qui d’après le journal Le Monde faillit tourner en bataille rangée! Mais au bout du compte ces gens ont montré comme jamais leur éloignement avec la population française.

L’opposition s’est signalée par sa totale inertie. Aucune motion de censure déposée. Curieux? Non. D’après le journal Le Parisien, les députés LR ont craint de devoir débattre de la loi ce soir pendant le match de foot! La question n’était pas qu’ils ne puissent voir France-Allemagne, mais le problème était qu’il risquait d’y avoir personne au palais Bourbon!

Les députés perçoivent 5 189,27 € par mois d’indemnité parlementaire. Ils touchent aussi 6 412 € par mois d’indemnités représentatives. Ils reçoivent une somme mensuelle de 9 138 € affectée à la rémunération de leurs collaborateurs (dans l’immense majorité des cas il s’agit du conjoint ou des enfants). Le train est gratuit en première classe. 80 déplacements en avion entre Paris et leur circonscription sont gratuits. Un bureau et ses dépendances sont gratuits. Internet, téléphone, courrier sont gratuits. Ajoutons aussi les frais de bouche à l’assemblée nationale, des crédits bancaires extrêmement avantageux, des promotions exclusives diverses et variées dans tous les domaines.

Nos députés se sont attribués le train de vie de quelqu’un percevant net environ 300 000 € par an. 66 % de la population française ne partira pas en vacances cet été.

Frédéric Le Quer