Nicolas Sarkozy, une ambulance passe

Par Vendredi 16 octobre 2015 Permalink 20

Chaque jour qui passe voit le nom de Nicolas Sarkozy en une des médias. La question finira par se poser de savoir si en parlant de lui on ne tire pas sur une ambulance… Ses propositions politiques, économiques et sociales sont quasi inexistantes ou alors il lance des mots à l’emporte-pièce pour montrer que son cadavre bouge encore! Le nom de Sarkozy est depuis quelques temps inévitablement rattaché aux affaires, aux scandales, à sa personnalité.

Pourtant les occasions de se démarquer de la politique gouvernementale sont nombreuses et récurrentes. Nos dirigeants sont sur une ligne si peu efficiente que  les angles d’attaques se multiplient. Ils n’anticipent strictement rien, ils vont subir le choc économique mondial qui s’annonce dans la plus grande improvisation et ils ne peuvent présenter aux français aucun résultat économique positif. Mais Les Républicains, un tantinet hébétés ne font montre d’aucune espèce de tranchant et leur chef a pris ses marques dans la rubrique faits divers. Le deux derniers jours sont révélateurs.

Hier la séquence Lavrilleux était dévastatrice. Mensonges, trahisons, mégalomanie et pour finir menaces de mort étaient les points forts de l’interview de ce jeune ex collaborateur. Jérôme Lavrilleux tient plus du matamore que du caïd endurci par les épreuves. Quand il ne pleure pas à la télévision, il balance dans les journaux! Malgré cela, il n’a pas de mal à glisser comme une anguille entre les poignes de la garde rapprochée de l’ex président de la république. Leur contre attaque est molle et leur défense inexistante. Tout finit par laisser croire que les arguments de ce proche de Jean François Copé sont vrais.

Aujourd’hui, c’est au tour de Berlusconi, dans un livre, de régler ses comptes avec Nicolas Sarkozy. Ses assertions ont du retentissement et même la presse allemande s’en fait l’écho. «Politicien colérique avec un ego surdimensionné », « Quel imbécile – je me disais Quelle arrogance », ou encore, « Sarkozy était jaloux, parce que je suis riche et qu’il ne l’est pas ». Bref, c’est la stature d’homme d’état de l’ex président français qui part en capilotade! Sa personnalité est montrée non seulement comme guère attachante mais aussi envieuse et obsédée par l’argent. Fermez le ban! La coupe est pleine!

Nicolas Sarkozy n’a plus la gnaque que les français lui ont connue. Il prend coups après coups sans jamais rien rendre. Sans doute est-il moins bien entouré qu’avant, mais il semble que pour lui les prochaines présidentielles vont être semées d’embûches dont on ne le voit pas, s’il ne reprend pas la main, se sortir.

Frédéric Le Quer