Nicolas de Staël

Par Dimanche 25 septembre 2016 Permalink 1

Si Dostoïevski avait écrit au XXe siècle, Nicolas de Staël eut représenté l’une de ses figures sublimes, passionnées et caractérielles de ses héros de romans. Le travail de l’artiste tourmenté né à Petrograd en 1913 qui meurt à Antibes à 41 ans, est si fébrile et si productif vers la fin de sa vie que son galeriste new-yorkais, Paul Rosenberg, lui réclame d’en faire moins! Mais cette figure mythique ne joue pas dans la demi mesure. « Je sais que ma solitude est inhumaine » écrit-il en décembre 1954. Inhumaine, au point que quelques mois plus tard il se suicide lors d’une nuit tragique de mars 55.

Russe blanc dont les parents décèdent en Pologne en 1919, Nicolas de Staël est très tôt un excellent dessinateur. Ci-dessous portrait exécuté au crayon à 12 ans d’un général russe qui combattit dans l’armée blanche en 1920 qui fut présenté en vente à Paris chez Cazzo svv en 2013 avec une modique estimation basse de 3000 €.sam_1874

L’abstraction est cependant la voie qu’il décide d’emprunter après la guerre avec d’abord des couleurs sombres où il peint de larges bandes superposées. La figuration apparaît avec les grands ciels vierges de présence humaine. Il peint à la truelle. Mais progressivement en résolvant le conflit abstraction-figuration par l’idée et la matière, il utilise pour ses toiles le couteau à palette, la brosse ou le lavis, les champs colorés devenant fluides. La manière qu’il a tout en restant abstrait de devenir figuratif en ne s’intéressant plus qu’à la couleur et la lumière est fascinante par le fait que ses sujets traditionnels sont traités par des moyens nouveaux.

Le public des ventes aux enchères ne s’y trompe pas. La toile ci-dessous intitulée « nu couché » (97 x 146 cm) estimée 2,7 millions d’euros fit chez Artcurial 7 millions en 2011. sam_1877

Deux ans plus tard un petit format de 14 x 21 cm, toujours chez Artcurial estimé 250 000 € atteignit 571. 826 € sam_1875

Nicolas de Staël est évidemment représenté dans les grands musées du monde entier comme ci dessous, « La cathédrale » l’une des dernières œuvres de Nicolas de Staël acquise en 1984 par le musée des beaux arts de Lyon.
sam_1878

Frédéric Le Quer

PS: En une, Agrigente de la série peinte en Provence d’après ses dessins de la Sicile.