Munich, Paris, Bruxelles, Nice et les autres…

Par Samedi 23 juillet 2016 Permalink 2

Agressions sexuelles, agressions au couteau ou à la hache, meurtres de masse, fusillades comme à Munich… C’est ce que vit l’Europe en cet été 2016 par petites touches comme une peinture dans laquelle quelques tâches de couleur font ressortir l’esprit d’une œuvre. La France « bénéficie » d’un petit plus avec les émeutes et les incendies de voitures toutes les nuits dans les quartiers dévoluent à l’islam.

Tous ces crimes et ces délits ont le point commun d’être le fait de la communauté musulmane s’étant installée partout sur le continent. Non contente d’être reçue dans des conditions bien meilleures que celles qu’elle connaît dans son pays d’origine, elle cherche à saboter les structures étatiques du pays d’accueil. Foin de remerciement, ni même de respect pour ses hôtes, elle veut imposer sa misérable culture faite de sexisme, de fatalisme, de fascisme, d’obscurantisme… Et pour arriver à son but, elle tue.

La dernière grosse affaire en date est donc Munich avec un individu iranien. Peu de sunnites en Iran, mais il en suffit d’un pour rattacher sans trop de risque d’erreur l’attentat à l’EI. (Les chiites ne sont d’ailleurs pas contre le terrorisme et on sait qu’ils aident matériellement les familles palestiniennes combattant Israël). Après l’agresseur du train allemand d’il y a quelques jours, un migrant djihâdiste comme ils sont tant, l’Allemagne prend une place de choix dans le business islamique de la haine. Elle aurait pourtant pu continuer à vivre tranquille, loin des stigmates du colonialisme présentées comme la cause profonde de l’acharnement des terroristes contre le monde occidental. Mais Merkel a eu ses calamiteuses idées pour palier à la morne démographie teutonne sans percevoir qu’elle faisait entrer le loup dans la bergerie. Le matriarcat des pays nordiques se heurte de plein front au machisme musulman.

Il n’y a aucune illusion à se faire. Partout l’obscurantisme vaincra, partout la régression sera le lot des valeurs européennes, partout le judeo-christianisme libertaire qui imprimait la marque de nos sociétés reculera avant de disparaître. Les tristes lamentations des dirigeants dénotent leur résignation. Avec leurs commémorations pitoyables, ils scandent la chute de notre civilisation. Un conseil aux pays européens qui rejettent l’immigration de masse: résistez encore et toujours! Pour les autres il est trop tard.

Frédéric Le Quer