Mobilier Renaissance

Par Dimanche 12 juin 2016 Permalink 1

Il reste peu d’exemples du mobilier fabriqué au cours de la Renaissance en France qui représente le socle des œuvres fameuses du XVIIe et du XVIIIe siècles. Le musée du Louvre en possède quelques uns d’une qualité exceptionnelle et dans un état de conservation remarquable.

L’imprimerie, la multiplication des dessins et des gravures venues d’Italie ont permis au XVIe siècle de faire évoluer le style français. Deux grandes régions sont concurrentes avec deux styles sensiblement différents bien que les manières de faire grâce aux voies de communication se mélangent entre les différentes écoles. Néanmoins « les ateliers de Bourgogne produisent des meubles lourds opulents chargés ». L’apparence de ceux d’Île de France est « plus délicate et raffinée ». Concernant les reliefs ornementaux, deux façons de les sculpter existent, soit des petites scènes « séparées par des colonnes ou des arcatures », soit des grands panneaux qui s’imposent progressivement. Quant à ce qui y est sculpté, ce sont des scènes mythologique ou historique plutôt que des scènes bibliques, sur la base là encore des nombreuses gravures en circulation. Progressivement le noyer plus léger remplace le chêne. Voir ci dessous le dressoir en noyer (145x109x52cm) de la 2e partie du XVIe siècle, inspiré des meubles dessinés par Jacques Androuet du Cerceau vendu 13 120 € aux Estivales du château de Miromesnil le 21 juillet 2013.SAM_1380

Les meubles fabriqués à la Renaissance sont des coffres, des armoires, des dressoirs, des tables, des sièges et des lits. Le vocabulaire pour les désigner est « flexible » et les mots comme buffet, cabinet ou dressoir sont interchangeables. Par ailleurs, chaque meuble voit naître de nouvelles variantes comme le caquetoire, une chaise destinée aux femmes leur permettant de s’installer confortablement pour, caqueter, discuter. (voir ci-dessous, musée du Louvre)SAM_1372

Ces meubles destinés à un public aisé ont disparu pour la plupart du fait de l’itinérance des cours. Pendant le XIXe siècle, ils ont été parfois modifiés mais aussi souvent copiés avec la mode de l’historicisme, courant artistique puisant ses sources dans le passé. Le dressoir ci-dessous, une jolie copie de style renaissance en chêne sculptée, fut adjugé chez Rossini svv à Paris seulement 372 € le 28 février 2013.SAM_1379

Frédéric Le Quer

PS: En une, « extraordinaire armoire » au musée du Louvre, attribuée parfois à Hugues Sambin
PS: les informations ont été puisées dans la gazette Drouot et au musée du Louvre dans l’article de Sophie Pickford