Marine Le Pen, la souverainiste

Par Lundi 8 décembre 2014 Permalink 28

L’intervention De Marine Le Pen, hier à la télévision, a été bien peu reprise par les médias. Elle fut pourtant réussie. A tel point, qu’en écoutant ses arguments souverainistes, le citoyen pouvait se demander pourquoi un seul parti (mettons à part celui de Nicolas Dupont Aignan à l’audience peu représentative) défend ces idées de reprise en main par le pays de la politique économique, sociale, étrangère.

Les partis sont discrédités  car au lieu d’apporter des idées originales leur rôle est devenu de relayer des décisions prises au-delà des frontières par des organismes dont l’éloignement avec les citoyens ôte toute légitimité démocratique. La classe politique française est maintenant réduite à l’emploi de héraut portant la bonne parole mondialiste définie à Bruxelles, Francfort ou Washington. Hier l’UMP ou aujourd’hui le PS ont renoncé à diriger le pays et ne font qu’élaborer un discours dont le but est de persuader l’électeur du bien fondé de ce qui a, ailleurs et par d’autres, été décidé.

Marine Le Pen développe un projet cohérent de reprise en main du destin de la France. Elle est à la recherche de l’autonomie perdue, il y a longtemps, car tout a commencé avec les propositions de Giscard d’Estaing sur la société libérale avancée puis s’est renforcé avec le traité de Maastricht, cher à Mitterrand.  Le Front National, à l’image sulfureuse suite à des décennies de provocations verbales, est un problème pour propager une doctrine prônant une France indépendante. Pas facile de demander à l’électeur de faire abstraction des phrases idiotes de son ancien président ou des membres radicalisés de la branche historique du parti.

Faut-il alors que les idées défendues soient justes, rencontrent l’assentiment des français, pour que, malgré ce handicap, de plus en plus d’individus soient prêts à oublier le passé pour manifester leur adhésion aux théories souverainistes développées! La population veut dorénavant élire des hommes et des femmes politiques capables de reprendre les rênes de l’état. L’offre proposée par Marine Le Pen est l’occasion d’un changement radical; le fait qu’elle seule la porte, est le signe du délitement des « élites » françaises.

Frédéric Le Quer

28