Marine Le Pen ne doit pas se laisser déborder

Par Lundi 12 décembre 2016 Permalink 2

La candidature de Marine Le Pen est en train d’être torpillée par sa nièce Marion Maréchal Le Pen en digne petite fille de Jean-Marie Le Pen. La question de l’avortement remboursé ou pas par la sécu vient prendre une place de choix dans le débat politique. Tout le monde sait bien qu’il y a des pétasses pour qui se faire avorter est une espèce de must qui les rend intéressantes à leurs propres yeux et à ceux des copines. Tout le monde sait bien aussi qu’il peut s’agir d’un drame personnel au cours duquel il n’est pas inconvenant que la société vienne en soutien. Quoiqu’il en soit le problème français est tellement plus grave que cette question de société que la discussion apparaît bien superflue.

Alors la jolie jeune fille est-elle le bras armé du grand-père? A force de prendre des positions aussi réactionnaires, le public oubliera son charme pour ne retenir que son archaïsme. Serait-elle déjà vieille à moins de trente ans? Avortement, mariage pour tous, les gays, les lesbiennes ou les trans, la France entière s’en fout en ce moment. En tout cas, ils ne peuvent constituer un marqueur capable d’être la figure de proue d’un projet pour la campagne présidentielle, mais ils peuvent être l’aiguillon de la bisbille et faire oublier le message principal qui est de rendre ses lettres de noblesse au souverainisme. Alain Juppé qui a voulu en faire une question contre François Fillon à la primaire de droite s’est complètement déconsidéré. Comme il faut être décalé par rapport au mal être des citoyens français pour ne pas voir qu’un tel débat discrédite ceux qui l’ont!

Marine Le Pen doit se montrer capable de faire taire ces digressions mortifères pour prouver qu’elle a les épaules pour devenir chef d’état. Son message doit se borner à la place de la France dans le monde, ce que c’est qu’être français aujourd’hui, combattre point par point la politique de l’Union Européenne, refuser l’envahissement en cours de notre pays par l’islam et montrer qu’une politique économique nouvelle et crédible peut découler d’une France souveraine refusant l’immigration outrancière. Il y a matière à développer un projet rassurant, la preuve avec l’engouement des milieux économiques pour Donald Trump après l’avoir tant vilipendé.

Frédéric Le Quer