Marée montante, première page du roman

Par Jeudi 5 mai 2016 Permalink 1

Marée montante

DEBUT DU COMPTE A REBOURS : TRENTE SIX HEURES

La perquisition

 « Les voilà!» hurla-t-il en courant. Les rues du village étaient vides mais derrière les fenêtres fermées, les habitants entendaient les cris d’Etienne annonçant à tous l’arrivée des hommes en armes. Leurs voitures étaient repérables suffisamment à l’avance pour laisser le temps de cacher dans les maisons tous signes de déviances intellectuelles, religieuses ou morales qui, s’ils étaient repérés, entraineraient des châtiments corporels. Alors, toujours, quelqu’un était chargé par le conseil des citoyens de se poster sur le rocher St Elisabeth pour surveiller la campagne aux alentours.

Etienne se précipita chez lui après avoir pris la deuxième rue à droite de l’artère principale du petit bourg. Il savait que son annonce serait transmise de foyer en foyer afin que chacun fût prévenu de l’arrivée des intrus. Sa femme était en train d’ôter de leur intérieur les objets figurant des êtres humains ou des animaux devenus des icones païennes et, soi-disant, la représentation d’anciens cultes idolâtres. Les arts décoratifs qui ne correspondaient pas à la doctrine de la religion officielle, étaient prohibés. Lui, décrocha du mur trois tableaux de peinture ancienne dont deux figuraient de saints personnages qu’il remplaça par des posters représentant des décorations Iznik. Le couple n’avait pas besoin d’échanger des instructions et travaillait en silence. Les deux enfants étaient montés dans leur chambre et s’astreignaient à jouer de la façon la plus naturelle possible. Aucun rire n’émanait cependant du premier étage car la dernière perquisition avait marqué les esprits ; leur père avait été lapidé sur la place publique pour avoir conservé sur une étagère une petite statue en bronze représentant un travailleur debout tenant une pelle signée Dalou sur la terrasse, une jolie épreuve ancienne à patine brune, une fonte au sable, dont il répugnait à se séparer, mais qui fut alors immédiatement confisquée.

Cette fois, tout fut très vite enfoui dans une sorte de vide sanitaire sous le sol de la salle à manger dont l’accès était camouflé par les lattes du parquet et le tapis.

— Ça y est, dit Marie. Tu es sûr de ne rien avoir oublié cette fois?