Mandat impératif

Par Lundi 10 avril 2017 Permalink 1

Le mandat impératif qui paralyse, par définition, les initiatives des élus pourrait être la solution aux mensonges qui ne cessent d’être distillés par l’oligarchie. La campagne électorale française continue pendant que Trump cherche à obtenir les faveurs de ceux contre qui il a été élu. Pour que les anti systèmes aient l’adoubement du système, ils doivent donner des gages, ils doivent se renier. C’est ce que vient de faire le président américain en ripostant à une soi-disant attaque au gaz sarin qui n’en était pas une. Demain, il s’en prendra directement aux russes ou aux chinois pour prouver on ne sait quoi.

Trump a pourtant été élu pour l’inverse, pour que la politique se recentre sur le peuple américain, ses besoins. Les suicides des gens en milieu de vie (45-55 ans) ne cessent de progresser chez les blancs non hispaniques. Il n’est pas question ici de populisme mais du profond mal-être de ceux qui ont fait de leur pays le premier au monde. Les images venus du moyen orient auxquelles pourtant plus personne ne croit tant elles sont bidonnées, ne justifient pas la nouvelle priorité du nouvel élu.

Parce que ce sont les masses qui font la victoire lors d’un suffrage universel, jamais autant de candidats, en France, n’ont proclamé ouvertement être du coté de l’anti mondialisation comme Trump pendant son élection. Mais le risque est que le peuple soit relégué ensuite derrière l’oligarchie. Les jeux d’influence reprennent leur droit, le relationnel, le lobbyisme repart à l’attaque. Les petites gens ne peuvent se faire entendre qu’en menaçant de tout chambouler à n’importe quel moment. Le résultat d’un scrutin ne leur est utile que quelques jours, ils doivent continuer à se faire craindre à chaque instant pour ne pas être oubliés.

Cheminade, Asselineau, Dupont Aignan ne seront pas élus. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont une chance. Avec le rapprochement du scrutin, les sondages perdent petit à petit leur rôle propagandiste pour refléter plus objectivement l’opinion publique. Il en va de leur survie après… Mélenchon ou MLP trahiront-ils en arrivant au pouvoir? S’ils vont sur la voie de Trump, ils représenteront la même désillusion que Sarkozy en son temps.

Mélenchon nous embrouille avec une grande réforme constitutionnelle qui ne peut porter ses fruits avant plusieurs années! Quid entre temps? Pas grand chose malgré ses envolées lyriques. Le programme de Marine Le Pen est nettement moins obscurs mais elle veut temporiser en attendant les élections allemandes et italiennes. Les sirènes du système ne s’arrêteront pas de chanter et si elle y cède, son élection sera un désastre.

Sans mandat impératif, le peuple doit faire confiance à une classe politique qui ne cesse de lui mentir. Les souverainistes sont-ils plus crédibles que les autres? Trump montre le contraire en créant des tensions géopolitiques qui peuvent très mal se terminer. Pourtant il faudra bien qu’un jour un élu prenne en compte les aspirations populaires… Sinon ce sera partout la guerre civile.

Frédéric Le Quer