Macron reçoit Poutine

Par Lundi 29 mai 2017 Permalink 1

Macron reçoit Poutine à Versailles. La presse s’esbaudit sur le symbole, rappelle à la rescousse saint Mitterrand en oubliant ses dépenses pharaoniques au château évidemment au nom du peuple français qui a le dos large, se félicite servilement de notre nouveau président jupitérien. On va donc voir ce qu’on va voir. Macron fustige les valeurs de Poutine et promet la fermeté.

La France est le troisième fournisseur européen de la Russie. Les liens économiques des deux pays sont restés forts malgré les balourdises de Hollande. La politique française a besoin de changer vis à vis des russes et le moment pourrait être propice. En temps normal, depuis quelques années, les relations franco-russes dépendent des relations américano-russes et des relations entre l’Union Européenne et la Russie. L’Union Européenne étant managé par l’Allemagne, la France est la suiveuse des liens plus ou moins étroits ou distendus entre Merkel et Poutine. La fenêtre de tir actuelle vient du leadership américain qui, sur la scène internationale, est de moins en moins structuré et de plus en plus nébuleux. Elle vient aussi de la période électorale que connait l’Allemagne même s’il semble quasiment certain que la chancelière sera reconduite dans ses fonctions.

Si Macron veut toujours jouer les donneurs de leçons vis à vis du slave, le résultat risque d’être celui encaissé par Sarkozy en 2007, battu par KO avec cette phrase bien peu diplomatique: « Alors maintenant de deux choses l’une: ou bien tu continues sur ce ton et je t’écrase, ou alors tu arrêtes de parler comme ça et tu verras, je peux faire de toi le roi de l’Europe ». Si enfin un président français daigne faire preuve d’un minimum de subtilité en cessant de voir les russes systématiquement comme des affreux jojos en Ukraine alors que les ukrainiens sont dirigés par un dictateur mafieux et que l’UE s’avilit en rétribuant continuellement le régime de Porochenko, si un président français cesse d’être obnubilé par la personnalité de Bachar el Assad et prend véritablement en compte de sort de tous les syriens sans être l’allié uniquement des sunnites, alors la France s’honorera en considérant intelligemment que les torts sont partagés entre la Russie et les occidentaux.

Plus que lors du G7, Macron joue sa stature internationale dans cette rencontre avec Poutine. La France en sortira grandie ou encore ridicule…

Frédéric Le Quer