Macron président?

Par Mardi 14 février 2017 Permalink 4

J’ai du mal à croire qu’Emmanuel Macron sera le futur président de la république française. Ce candidat a pour mentor François Hollande discrédité au dernier degré, incapable de se représenter sous peine de prendre une raclée. Il lui faudrait donc arriver à retrouver une virginité en faisant oublier ses engagements politiques pour obtenir plus de la moitié des suffrages. Certes, il rameute l’électorat des banlieues en allant se faire bien voir en Algérie. Mais ils sont beaucoup de candidats à draguer cet électorat qui vote peu, guère enclin à se convertir à la citoyenneté française, arc-bouté sur ses traditions portées en étendard, aux enfants élevés au biberon de l’antisémitisme aimant aussi à faire le coup de poing avec la police ou les pompiers! Mélenchon et Hamon s’attachent à défendre l’indéfendable sous prétexte d’humanisme, sous prétexte de soi-disant aider les plus faibles. Avec Macron dans la même optique, ils racolent, ils se prostituent et détruisent la nation en n’exigeant pas l’adoption par ces électeurs de la culture française.

Alors Macron président? Il faudrait pour cela que l’électorat de Fillon se reporte en masse sur lui. Certes leurs programmes sont similaires, c’est avant tout une question de degré. Mais leurs électeurs ne le sont pas. Ils croient encore sérieusement au clivage gauche droite. Comment quelqu’un qui a été donné 2 ou 4 € pour voter aux primaires de droite peut-il demain choisir Macron, l’élève de Hollande? Certes l’électeur des primaires de droite sait maintenant qu’il s’est fait flouer par cet inconnu de Fillon. Mais il a à cette époque voté contre le projet bisounours de Juppé bien plus compatible avec celui de Macron. Contre Juppé hier, pour Macron demain? C’est incohérent et malgré l’embrouillamini organisé par les médias, les citoyens ne seront pas dupes. Le projet de Fillon reste celui que veulent les électeurs de droite. Un autre candidat aux mêmes idées doit dorénavant le porter.

Décidément le prochain président de la république française ne peut être que Marine Le Pen ou le remplaçant de Fillon qu’on ne connait pas encore à trois mois de l’échéance. C’est d’ailleurs ce que pense les financiers qui font grandir l’écart entre le bund et l’oat. Quant à Macron je continue à penser que cette création libérale, européiste et médiatique ne tiendra pas la distance.

Frédéric Le Quer