Macron et le taux de natalité en Afrique

Par Mercredi 12 juillet 2017 Permalink 1

Emmanuel Macron reproche à l’Afrique son taux de natalité. Le paradoxe de l’œuf ou la poule surgit alors dans le débat pour savoir lequel apparaît en premier entre le fait que la misère pousse à faire des enfants ou le fait que trop d’enfants entraînent la misère.

Dans ce débat surréaliste, la bien pensance veut trancher et estime que c’est la misère humaine qui pousse à faire, comme dit Macron, « 7 à 8 enfants par femme ». Notre président jugé raciste sur ce coup-là, semble lui plutôt estimer que si les africaines faisaient moins de gosses leurs foyers seraient moins pauvres. Le malthusien chef d’état prône la restriction démographique comme moyen de sauver le continent. Alors de manière assez perverse, Emmanuel Macron est accusé de stigmatiser la femme rendue par ses propos responsable des maux africains. Attaqué sur son flan gauche le président français devient non seulement raciste mais en plus misogyne, lui qu’il y a peu était paré de toutes les vertus!

Il y a tellement d’enfants en Afrique qu’il n’est pas rare qu’ils soient abandonnés par leurs parents et qu’on les retrouve en bande aux alentours des marchés des grandes villes cherchant à survivre. L’histoire du petit poucet se complique là-bas par des superstitions qui assignent à certains d’entre eux des pouvoirs maléfiques justifiant leur éloignement du foyer familial. Ces mômes sont foutus dehors parce qu’ils portent malheur! Cela n’empêche pas le taux de mortalité de diminuer. Au Kenya par exemple, sa baisse chez les nouveau-nés est de 7,6% par an. Seuls le Liberia et la Namibie ne connaissent pas d’amélioration sur ce plan.

L’espèce humaine agit en Afrique comme un agent de perturbation nuisible à la biodiversité. Son explosion démographique détruit les autres espèces sans la rendre plus heureuse, plus épanouie, plus riche, au contraire même. L’Afrique est certainement la principale victime de l’occident depuis deux siècles en ne s’accommodant jamais vraiment d’une culture qui lui est étrangère. Mais les africains sont en train de se venger en nous envahissant à leur tour.

Frédéric Le Quer