Lutrin

Par Samedi 18 février 2017 Permalink 1

S’il semble que les premiers lutrins remontent en France au VIIe siècle, les exemplaires du moyen âge, situés dans les églises, ont disparu suite aux exactions commises à la révolution où ceux en bois ont été brûlés et ceux en bronze ou en cuivre fondus. Les miniatures et les gravures anciennes donnent néanmoins quelques exemples démontrant leur riche ornementation. L’Angleterre a conservé en revanche de nombreux exemplaires anciens.

Destinés à recevoir un livre comme le pupitre, le lutrin est avant tout fixe même si des portatifs ont été conçus par la suite. Le meuble que l’on retrouve dans les lieux de culte, fabriqué à l’origine pour eux, est adopté par toutes les religions. Le lutrin est souvent surmonté de l’aigle de St Jean sur lequel un livre ouvert est posé grâce aux ailes servant de support. « Dans l’iconographie religieuse, l’animal, symbole de la lutte du bien contre le mal, lit dans le cœur des hommes aussi clairement qu’il regarde le soleil en face », dixit Dimitri Joannidès, Gazette Drouot. Le lutrin aigle en une, en bois orné de niches, têtes d’angelot, enroulements, têtes de séraphin et spjinges, h. 192 cm, fin du XVIe siècle, fut prisé à Drouot le 5 décembre 2008 chez Beaussant Lefèvre svv 5 833 €. Un autre lutrin aigle, ci dessous, tête amovible, vers 1600 en chêne et fer forgé, h. 189 cm sera présenté le 22 février à Stuttgart, chez Nagel Auktionen sur la base d’une estimation de 12 000 €. A vos chéquiers!SAM_3035

Le lutrin que l’on retrouve fréquemment dans les intérieurs au XVIIIe siècle n’est pas un objet rare en salle des ventes. Ci-dessous XVIIIe siècle, lutrin en bois mouluré, sculpté de coquilles ajourées, enroulements et crossettes se déployant sur deux pieds réunis par des traverses sculptées avec plateau garni de cuir h. 176 cm fit 1878 € à Drouot chez Audap-Mirabaud svv le 21 mars 2014.SAM_3032

Autre exemple du XVIIIe aussi, d’époque transition, avec ce lutrin ci-dessous à jambes de femmes, placage de bois de rose et amarante, h. 123 cm qui réalisa la somme de 5 166 € chez Tajan le 24 juin 2008.SAM_3034

Le XXe siècle fabriqua aussi ses lutrins. Celui d’Armand-Albert Rateau, ( http://politiqart.com/armand-albert-rateau-1882-1938/ ) ci-dessous, liseuse en bronze, h. 100 cm vers 1930 n’arrêta sa course chez Artcurial svv, Hôtel Marcel Dassault qu’à 650 689 €!SAM_3033

Frédéric Le Quer

PS: A voir le Grand Lutrin de Notre Dame de Paris dessiné par Violet Le Duc dont le pied est orné des têtes des douze apôtres surmontés des symboles des 4 évangélistes