L’Union Européenne, au sourire si dur!

Par Vendredi 14 avril 2017 Permalink 3

L’Union Européenne ne cesse de s’immiscer dans le système politique des pays la composant. Heureux ceux qui trouvent grâce à ses yeux! Malheur à ceux qui la contestent! Ses sentiments démocratiques qu’elle aime tant louer, s’arrêtent quand ses institutions sont remises en cause par le suffrage universel. Alors sa colère soutenue par un instinct de survie sur-développé est redoutable.

Le parti libéral P O du polonais Donald Tusk a été laminé aux dernières élections législatives de son pays qui datent d’à peine un an et demi. Par la volonté du peuple, le parti conservateur catholique largement eurosceptique dirige. Ce résultat a horripilé Bruxelles qui pour montrer son mécontentement s’est ingénié à maintenir l’opposant Tusk soutenu dans son pays seulement par un cinquième des votants, soit un dixième de la population, Président du Conseil Européen. L’homme sans aucune légitimité démocratique a un rôle essentiel défini par l’article 15 du traité de l’Union Européenne.

En Hongrie les dernières élections législatives qui datent du 6 avril 2014 ont largement confirmé Viktor Orban au poste de premier ministre. Légitimement, il dirige son pays dans le sens de ses idées conservatrices et patriotes. Horreur! Le monsieur inquiète Bruxelles qui s’apprête à lancer une procédure d’infraction à l’encontre de mesures à propos du flux migratoire prises par son gouvernement démocratiquement élu! Ne s’en contentant pas, l’Union Européenne fomente la sédition à Budapest. Grâce à des accords passés dans les salons feutrés de la commission européenne avec le milliardaire Sorros, l’institution supranationale s’acharne à faire tomber le régime par une révolution dans les rues en manipulant une partie de la population.

Terminons pour ne pas être trop long par la France! En pleine campagne électorale, le parlement européen poursuit Marine Le Pen pour emplois fictifs. La justice française dont on connait le parti pris se voit encouragé à demander la levée de l’immunité parlementaire de celle-ci. L’ingérence dans un moment clé de la vie démocratique de la France est criante. Le but est de décrédibiliser la candidate qui ne convient pas alors que sa faute sans enrichissement personnel semble bien légère en comparaison de celles de la plupart de nos députés! Mais les fonctionnaires européens ont peur et utilisent tous les moyens à leur disposition pour empêcher le libre jeu démocratique d’un pays plus tout à fait souverain.

Les traités européens ont engendré un monstre totalitaire appelé l’Union Européenne. Basée exclusivement sur l’économie de marché au mépris des aspirations citoyennes, cette organisation tord le bras des faibles et des pauvres pour mieux exalter les riches et les puissants. Si les peuples n’en prennent pas très vite conscience, ils seront les complices de leur asservissement.

Frédéric Le Quer

PS: l’image en une vient du site internet: Le blog à lupus