L’UMP dans l’allégresse

Par Lundi 30 mars 2015 Permalink 24

L’UMP a gagné hier et largement. Pourtant son message n’est pas très clair et son accord avec le centre UDI laisse le citoyen dans un flou artistique propice à tous les espoirs et à toutes les déceptions. Mais l’inanité de la politique socialiste depuis trois ans est la raison principale de cette victoire qui annonce celle des régionales et probablement celle de la présidentielle.

Le Front National n’a pas démérité. Néanmoins le chemin vers le pouvoir sera long car le réflexe du vote utile est encore très présent dans les urnes. Pour se débarrasser de la gauche, les électeurs préfèrent assurer en prenant le bulletin de la droite classique plutôt que de risquer de voir élire le candidat socialiste. Ceci ne sera pas vraiment handicapant pour Marine Le Pen lors du premier tour de la présidentielle de 2017 dans lequel elle se qualifiera, à n’en point douter (là où hier le FN était présent il a en moyenne fait 40% des voix), tant il est inimaginable de voir un candidat de gauche au second tour, mais pour ce genre de scrutin, elle se voit desservi par la crainte des gens de ne pas voir valider leur mécontentement au moment des résultats…

L’UMP , si l’on comprend bien Nicolas Sarkozy, a fait campagne sur la fraude aux aides sociales… Et ça a suffi pour un raz de marée!  Les gens ont la mémoire courte question fraude et l’important en politique est d’être gonflé! Toutefois la minceur du projet montre à quel point l’UMPS a un discours quasiment identique sur les grands choix devant lesquels le pays se trouve. La chance de l’UMP  hier était de ne pas être au pouvoir; gageons que quand dans le futur elle y reviendra elle prendra la même fessée que le parti socialiste hier et que ce dernier pavoisera à son tour! Business as usual!

Pour le moment le Parti Socialiste promet qu’il va tenir le cap… ça pourrait faire peur mais les institutions sont solides et les grands mouvements sociaux sont de l’histoire ancienne. Les socialistes ont encore deux ans pour en profiter, après ce sera au tour de la droite… Concernant le peuple, lui, il n’est pas sorti de l’auberge!

Frédéric Le Quer