L’Ukraine dans de sales draps

Par Mardi 11 août 2015 Permalink 15

L’Ukraine, empêtrée dans la guerre, est au bord de la faillite. Le pays n’a en fait jamais digéré le passage d’une économie dirigée vers un modèle occidental. Les élites ont confondu libre entreprise et corruption, capitalisme privé et accaparement des biens publics. Les ukrainiens s’essaient aussi au nouveau modèle  mais mal digéré il aboutit à la pauvreté, les magouilles et les trafics. Les petits fonctionnaires, encore des espèces de dieux vivants il y a quelques années, sont devenus des travailleurs pauvres payés 150$ par mois. L’état fait donc des efforts pour complaire aux americains et a même interdit le parti communiste…

Le FMI se félicite de ces changements alors que la population est de fait en train d’être sacrifiée. Pour le moment  les solutions libérales imposées à l’Ukraine sont acceptées sans rechigner à la différence de la Grèce qui ne cède chaque fois que sous la menace. La dette du pays est pour l’instant détenue par le FMI et des fonds de pension américains. Si l’organisation internationale est d’accord, pour récompenser Kiev, de restructurer la dette, les fonds de pension sont beaucoup moins partants! Il y a pourtant urgence. 150% de dette sur PIB. Le PIB a d’ailleurs chuté de 17%! La situation des ménages a largement empiré en quelques années; par exemple, alors que les retraites et salaires baissaient de 20%, le prix du gaz, suite à la privatisation du distributeur national augmentait de 40%!

Le FMI vient de prêter 1,7 milliards de $ au pays. Les États Unis ne peuvent pas le laisser tomber pour des raisons géopolitiques correspondant à sa rivalité avec la Russie et lui garde la tête hors de l’eau afin de poursuivre le combat contre les séparatistes pro russes. Dans une Ukraine au bord de la banqueroute, il est probable que les créanciers privés uniquement américains sortent sans prendre de pertes et soient petit à petit remplacés par le FMI contrôlé par les américains mais détenu aussi par d’autres pays occidentaux. Comme d’habitude les pertes seront mutualisées, dans ce cas entre citoyens de différentes nations, et le secteur privé se verra épargné.

Donc plus le Fond Monétaire International prête, plus il transfère les dettes vers les états et libère le secteur privé. Business as usual!

Frédéric Le Quer