L’incertain futur de l’économie

Par Samedi 8 août 2015 Permalink 25

La reprise en France est-elle déjà derrière nous? A-t-elle seulement existé? Ces questions deviennent pertinentes au vu d’un mois de juillet qui montre les inquiétants signes de faiblesse de l’économie française.

Si comme d’habitude, pourrait-on presque dire, le secteur manufacturier se retrouve en contraction, l’indice Markit concernant le secteur des services montre non seulement un ralentissement mais aussi la méfiance des chefs d’entreprise au regard de perspectives d’activités moroses qui se traduit par une baisse des embauches. Si le premier trimestre a vu l’activité économique croître de 0,6% grâce à la reconstitution des stocks des entreprises, ce qui n’est pas un signe particulièrement enthousiasmant, la croissance du deuxième trimestre, annoncée vendredi prochain, est attendue aussi bien par l’INSEE que par la banque de France moitié moins forte à 0,3%. Le troisième trimestre soulignera-t-il un creux sans lendemain ou marquera-t-il le retour de la stagnation? La question est plus que légitime compte tenu du risque de hausse des taux d’intérêt à la rentrée.

A ce sujet France Trésor parie, spécule, sur une hausse et pour protéger la dette française n’a pas hésité à émettre des obligations souveraines au mois d’août pour cinq milliards et demi, chose relativement rare. Une tranche de près d’un milliard d’euros avait une échéance à 45 ans et fut souscrite à 2,17%. C’était une première! Si ces très hauts fonctionnaires ont raison, il faut s’attendre à une hausse des taux longs américains à l’automne, à l’accentuation de la fuite vers le dollar, au sauve-qui-peut chez les émergents et à un ralentissement économique en Europe étant peu probable que les allemands laissent l’euro s’effondrer. Rien de réjouissant  mais il est intéressant de remarquer la dichotomie entre leur prise de position et le wishfull thinking gouvernemental.

Plus que jamais l’incertitude domine et les grandes banques centrales naviguent à vue. Quant aux élus du peuple, ils ont fait leur la fameuse phrase de Cocteau: « puisque ces mystère me dépassent, feignons d’en être les organisateurs »!

Frédéric Le Quer