L’histoire de France dans la tourmente

Par Lundi 18 mai 2015 Permalink 20

Quand le roi du Maroc, il y a déjà quelques années, déclare à Anne Sinclair que les marocains ne seront jamais intégrés  à la société occidentale, seront des mauvais français, il est particulièrement fière de son peuple et de ses racines profondes et insécables dans le monde arabe et musulman. Aujourd’hui une ministre de l’éducation nationale née au Maroc prône une vision destructrice de l’histoire de France.

Toute la gloire de Najat Valaud Belkacem est d’avoir animé la claque et mis de l’ambiance lors des meetings de François Hollande à l’élection présidentielle. Dans le monde du show biz, ces lettres de noblesse seraient amplement suffisantes. Comme ministre de l’éducation nationale, la dame a tout à démontrer et le mot « national » est pour elle apparemment une arête coincée au travers de sa gorge. D’ailleurs dans son projet de loi sur l’enseignement au collège, la repentance est omniprésente.

L’islam devient une connaissance incontournable pour un petit français et aucune des victoires de Mahomet ou de Saladin ne lui sera épargné. Que saura-t-i l de l’art roman et gothique? Probablement rien! Les guerres de religion, la réforme avec sa remise en cause révolutionnaire des valeurs en Europe, la contre réforme dont le traitement iconographique est essentiel dans l’art occidental sont évidemment passées sous silence. La dispersion des communautés protestante, orthodoxe et catholique sur le continent qui explique maints événements, et même actuellement, n’a donc pas le moindre intérêt pour la ministre. Si le XVIIe siècle est aux abonnés absents, du XVIIIe (avant la révolution) ne reste plus dans l’histoire de France que l’esclavage. L’époque des lumières, phare de intelligentsia française, représente dorénavant de lugubres années plongées dans l’obscurité et ignorées par l’enseignement public.

Alors pendant leur adolescence, les collégiens devront supporter une vision dégradante de leur pays et des ses habitants. Les quelques heures d’histoire qu’ils auront, seront là pour leur rappeler le peuple horrible et criminel auquel ils appartiennent. Les immigrés seront glorifiés alors qu’ils représentent des pays où règnent toujours l’obscurantisme et la misère. Les autochtones seront critiqués, vilipendés, rabaissés alors qu’ils représentent tout simplement la France.

Frédéric Le Quer