Les valeurs de l’occident

Par Mercredi 27 janvier 2016 Permalink 9

C’est toute l’Europe qui sacrifie ses valeurs vis à vis de l’islam. Valeurs, le mot est galvaudé mais il représente quand même un certaine idée de la liberté, au niveau institutionnel avec la démocratie et au niveau individuel en acceptant les individus tels qu’ils sont, en les incitant même à s’épanouir avec leurs particularismes, en exaltant pour les plus brillants le génie en eux quelque soit le domaine.

Concernant la démocratie, les choses sont vite réglées: que ce soit pour des sunnites ou des chiites, c’est de la science fiction! Alors quand l’Europe sera islamisé, il ne restera rien de ce système politique.

Sur le plan individuel, quelques uns d’entre nous crûmes qu’il s’agissait d’un problème franco français paré d’une élite détestant son peuple trop rebelle pour qu’elle se sentît rassurer. En le divisant, elle régnait.  En le remplaçant diront certains, elle assurait la perpétuation de son modèle. Bien qu’incomplète, l’analyse n’est pas fausse. On a encore vu dernièrement la ministre de l’Education, Najat Valaud Belkacem, se soumettre à un salafiste dans une émission de télévision en ne trouvant rien à répondre à ses attaques sexistes concernant l’égalité homme femme. Soit son éducation faisait qu’elle n’était au fond d’elle-même pas si opposée à ce que cet extrémiste religieux racontait, soit qu’un peu lente d’esprit, elle manquait de cet à propos qui faisait le charme de la conversation dans les salons au XVIIIe siècle (voir le film Ridicule). Mais là nul besoin de parler! Elle pouvait se la jouer Femen, dévoiler ses seins à la caméra pendant que ce tartufe s’exprimait et rameuter derrière elle tous les féministes de la planète!

Ce sont tous les dirigeants européens qui baissent la tête, ont honte de ce que leur pays représente. L’italien Matteo Renzi cache les nus de la renaissance italienne partout où passe à Rome un iranien obscurantiste. Quel scandale d’être gêné par l’une des plus glorieuses périodes artistiques que le monde ait connu! Comment cet homme peut-il mériter d’être président du conseil? Un grand mouvement d’opinion devrait le forcer à démissionner pour ne pas suffisamment fier de la culture italienne. Et en Allemagne, ces dirigeants qui demandent aux allemandes de s’habiller différemment, aux allemands de ne pas boire d’alcool pour ne pas choquer les individus accueillis d’une autre culture, de renoncer à ce carnaval qui fait l’amusement de citoyens et de citoyennes libérés. La lâcheté est partout et semble devenir une vertu. Le renoncement à ce qu’on est est loué par la social démocratie qui étouffe les européens.

Mais les populations ne se secouent pas, ne se révoltent pas. A peine surprises, elles encaissent dans le calme les abjections de leurs dirigeants. Le jour où elles comprendront ce qu’elles ont perdu, il sera trop tard. trop tard pour revenir en arrière. Trop tard pour se soulever. Trop tard pour ne pas être définitivement humiliées.

Frédéric Le Quer