Les valeurs de la république

Par Samedi 3 octobre 2015 Permalink 18

La mise en exergue des valeurs de la république est à ce point constante que le citoyen arrive à se demander ce que cela veut bien dire. Cette répétition cache l’incapacité de la France à rester la nation qu’elle a toujours été, jacobine, assimilatrice et laïque.

La devise, liberté, égalité, fraternité, est souvent répétée alors que les libertés reculent à chaque session parlementaire, que l’égalité se heurte à une éducation de plus en plus divergente selon l’école dans laquelle un élève va, et que la fraternité est remplacée par un communautarisme qui tend à la libanisation du territoire français. Le problème scolaire vient d’ailleurs  moins de l’état et des décisions gouvernementales bien qu’elles tendent à renoncer lâchement à inscrire la culture française dans le programme, qu’à l’incitation dans les banlieues musulmanes qu’ont les élèves par leur milieu social à se méfier de ce que l’école publique leur apprend.

Les symboles historiques comme la Marseillaise ou le drapeau tricolore ou le 14 juillet rebutent  tant les banlieues d’immigration que les assauts contre la police, les attaques de commissariat ou les voitures incendiées se multiplient lors de chaque référence calendaire à l’histoire de France.

Quant aux principes démocratiques, les élections montrent à chaque suffrage un énorme taux d’abstention de la part des immigrés fraîchement naturalisés. Le peu qui se rend aux urnes est l’objet d’un clientélisme de la part de certains hommes politiques qui de fait remet en cause la laïcité de l’état. Concernant l’égalité homme , femme, elle est foulée au pied par l’islam qui non content de revendiquer on ne sait quelle supériorité masculine, l’exhibe dans les rues des grandes villes au travers de femmes voilées de la tête aux pieds au mépris de la loi.

Plus le pays se dirige vers la dislocation, plus les valeurs de la république sont célébrées alors qu’elles ne représentent hélas que des vieilles lunes. Si la mondialisation dont cherche à s’emparer un état actuellement trop faible en est un peu la cause, la confrontation journalière du régime avec les mœurs musulmanes finit le travail de démantèlement de la nation.

Frédéric Le Quer