Les Le Pen exaspèrent

Par Jeudi 30 juillet 2015 Permalink 22

C’est un bien triste spectacle qu’offre le seul parti souverainiste ayant une petite chance d’arriver un jour aux affaires de la France. Avec son président d’honneur et avec son nom, Front National, qui continuent de rebuter de nombreux électeurs potentiels, il traîne une sorte de boulet, de handicap, dont il n’a vraiment pas besoin compte tenu des campagnes de dénigrement florissant à longueur de temps dans la presse.

Si tout le monde a compris maintenant que Jean-Marie Le Pen n’a jamais eu l’intention d’accéder au pouvoir et qu’il a du coup non seulement fait reculer mais aussi trahi la cause souverainiste, l’impression, depuis quelques années, est que sa fille souhaite au contraire s’y frotter et revenir sur des décisions prises par les gouvernements successifs allant systématiquement dans le sens de l’abandon de l’indépendance nationale. Dans le spectre politique français actuel, elle est la seule. Le Front de Gauche reste englué dans l’internationale socialiste et « Debout la France » de Dupont Aignan conserve curieusement une audience confidentielle malgré non seulement les qualités de son dirigeant mais aussi sa mise en avant intéressée par des médias cherchant à faire de l’ombre à Marine Le Pen.

L’espoir de voir un jour des dirigeants souverainistes à la tête du pays devient une course contre la montre. Au fur et à mesure que le temps passe, la population sur le sol français se transforme ce qui rendra impossible un changement de politique. Alors les querelles au sein de la famille Le Pen sont exaspérantes. Jean Marie Le Pen n’ouvre la bouche que pour émettre des assertions scandaleuses. Les états d’âme de Marion Maréchal Le Pen déchirée entre sa carrière politique et son affection pour son grand-père n’ont vraiment aucune espèce d’intérêt!

Changer le nom du parti est une nécessité. Le mot souveraineté se doit d’être dans l’intitulé pour clairement afficher la rupture avec les partis ayant gouverné jusque là. Les prises de position de Jean-Marie Le Pen n’auront alors plus guère d’importance. Les gens compétents au sein du parti apparaîtront plus aisément au premier plan. Marine Le Pen aura alors les moyens de donner toute sa mesure en tant que leader charismatique.

S’il n’est pas tiré rapidement les leçons du relatif échec des départementales, autant renoncer à accéder au pouvoir puisque dans l’état actuel des choses c’est une machine à perdre qui se met en marche.

Frédéric Le Quer