Les frères Muller

Par Dimanche 30 novembre 2014 Permalink 12

Les frères Muller ont participé à l’essor prodigieux de la verrerie à la fin du XIXe siècle qui a vu la création d’entreprises florissantes. Plus de trois cents personnes travaillèrent dans leurs établissements spécialisés dans la production de vases, de lampes et de plafonniers.

Après leur apprentissage chez Emile Gallé, Désiré et Eugène Muller, originaires de Kalhausen en pays de Bitche en Lorraine, s’établissent à Croismare en Meurthe et Moselle dans la banlieue de Lunéville. Ils y sont rejoints par leurs trois frères cadets, Henri, Victor et Pierre. Les liens avec l’école de Nancy sont tout naturellement étroits. Leur inspiration est zoologique et florale et leur création arbore fréquemment de splendides montures en fer forgé ou même en bronze.

La production des frères Muller est abondante grâce à leur imagination féconde. Leur première période correspond au travail des établissement Gallé ou des frères Daum; un verre multicouche gravé à l’acide. La forme des vases est particulièrement variée; des « bourdaloues » par exemple sont fabriqués ( le nom vient du père Bourdaloue, deuxième moitié du XVIIe siècle, dont les sermons trop longs auraient forcé les femmes à se munir de vases adéquats pour pouvoir uriner!). La deuxième période, avec le rachat de l’usine Hinzelin en 1919, les voit se spécialiser dans la production de vases, de plafonniers ou de lampes traités en verre nuagé. La technique consiste en l’emprisonnement d’une fine couche de pigments à forte teneur en oxydes métalliques répartie au hasard entre deux couches de verre. La diffusion de leurs œuvres se fait via les Magasins Réunis de Paris et Nancy ou d’un dépôt parisien situé rue du Paradis.

Les prix varient à l’intérieur d’un spectre large de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Quelques exemples: concernant la 1ère période, un bourdaloue a été vendu il y a un mois à Chalon sur Saône 3840€, ou encore, un vase soliflore de 33 cm gravé à l’acide a fait en début d’année douze mille euros. Concernant la deuxième période, signalons au important lustre au gui (107 cm) en verre marmoréen qui a atteint la somme de 22 000 € il y a deux ans ou encore une lampe de table pour laquelle les frères Muller font appel au ferronnier Chapelle qui est parti pour 18 000 €.

Frédéric Le Quer

12