Les errements de l’Union Européenne

Par Jeudi 27 juillet 2017 Permalink 1

L’union Européenne ne cesse de se fourvoyer dans ses alliances politiques. L’actualité du jour en est un magnifique exemple:

La commission européenne estime que la loi promulguée par le président Duda concernant le système judiciaire polonais est contraire au droit de l’Union. Elle menace de priver le pays de son droit de vote au sein de l’Union Européenne. Que penser de la légitimité d’une telle sanction quand le président du conseil européen, Donald Tusk, est un ennemi de longue date des dirigeants polonais actuels et particulièrement du président Duda? L’UE ne s’ingère-t-elle pas dans les affaires intérieurs d’un pays souverain? De quel droit les décisions d’un gouvernement tirant sa légitimité des législatives intervenues il y a moins de 2 ans se voient-telles contestées par une commission européenne sans réel légitimité démocratique? Poser ces questions c’est évidemment y répondre!

Le congrès américain prévoit des sanctions à l’égard des entreprises européennes travaillant dans le secteur de l’énergie avec la Russie. L’Allemagne et la France sont particulièrement concernées, en particulier les entreprises gazières. La chambre des représentants a voté hier ce projet qui doit maintenant être promulgué par Donald Trump. Le président américain n’y est pas favorable et cherche à apaiser les relations bilatérales USA-Russie. L’Union Européenne après avoir dit pis que pendre du chef d’état américain voit une partie de ses intérêts économiques entre les mains de celui-ci en espérant qu’il ne promulgue pas la décision du congrès!

Le président ukrainien Petro Porochenko est soutenu à bout de bras par l’Union Européenne. Il s’agit d’une façon de se placer contre la Russie et son « horrible » président Poutine. Mais ce Porochenko que Bruxelles parait de toutes les vertus apparaît de plus en plus comme un dictateur. Pour préparer les prochaines élections présidentielles, il vient de déchoir de la nationalité ukrainienne son principal opposant Mikheil Saakachvili bien plus populaire que lui chez les futurs électeurs. « En instrumentalisant la nationalité et en poussant un rival à l’exil, Petro Porochenko renoue avec des pratiques autoritaires qui vont faire très mal à l’image du pays », écrit RFI. Depuis le début l’Union Européenne se trompe en Ukraine. Le retour de bâton sera violent.

Et dire que nous transférons notre souveraineté vers ce panier de crabe bruxellois, ramassis d’incompétents!

Frédéric Le Quer