Les élections au suffrage universel

Par Mardi 3 février 2015 Permalink 20

Un jour viendra où les élections au suffrage universel seront purement et simplement supprimées suite à une campagne médiatique de dénigrement expliquant tous les inconvénients de la votation populaire, incertaine par essence, devenue inutile grâce aux sondages, qui rend aléatoire tout projet politique qu’une classe encore dirigeante juge nécessaire à son propre bien être et à sa perpétuation.

On assiste depuis dimanche à un affolement généralisé, relayé par les médias tout aussi inquiets, de gens toujours surpris par le choix du peuple français car toujours dans l’ignorance complète de ses aspirations. La législative partielle dans le Doubs qui voit au premier tour en tête la candidate du Front National est perçue comme un tremblement de terre. La circonscription qualifiée de populaire ou ouvrière par les adeptes de la novlangue est en fait un exemple en construction de cette immigration de peuplement à laquelle on assiste depuis quarante ans. Elle ne devait a priori pas pouvoir être perdue par l’UMPS. Mais les musulmans originaires d’Afrique subsaharienne ou maghrébine se sont très peu déplacés pour venir mettre un bulletin dans les urnes. Les autres ont démocratiquement indiqué leur inquiétude face à l’immigration et cela dérange, secoue, les cercles parisiens bien pensants pris à contre pied.

Le premier réflexe est évidemment de décrédibiliser le scrutin et pour ce faire l’important taux d’abstention est partout mis en avant. Le seul problème, mais il est de taille, est que pour une législative partielle le pourcentage de votants est plutôt supérieur à ce qui se voit habituellement! Le taux d’abstention n’a donc rien d’outrancier et en tout cas ne pourra pas être une source de délégitimation du futur député. Il n’en demeure pas moins que l’idée de forcer les gens à voter, comme en Belgique par exemple, fait son chemin; certains pensent même qu’une révision constitutionnelle ne serait pas obligatoire ce qui simplifierait le changement. Comment ne pas s’amuser en devinant les arrières pensées consistant à faire voter de force des immigrés, français de fraîche date, qu’on espère suffisamment reconnaissant pour qu’ils apportent leur voix à n’importe quel parti sauf aux souverainistes? Et si ça ne suffit pas il reste bien sur le droit de vote aux étrangers… Il semble pourtant que ces solutions ne soient qu’une étape vers l’adoubement de multinationales sondagières qui, à leur guise, feront et déferont les rois.

Décidément, les temps que nous vivons deviennent angoissants pour tous, les victimes comme les bourreaux. Le suffrage universel au lieu d’être perçu comme une respiration démocratique remettant les pendules à l’heure, révèle une réalité crue que les grands patrons, les politiciens et leurs médias ne sauraient voir. La mondialisation est dorénavant comprise comme un risque et ses tenants sont de plus en plus rejetés. Le réflexe identitaire, cette recherche de protection à travers une histoire commune, (le succès actuel des appels à la générosité publique pour les acquisitions d’œuvres d’art par les musées est un signe important) est ignoré ou vilipendé ou moqué. Il a pourtant été le véritable moteur des manifestations du 11 janvier dernier.

Frédéric Le Quer

20