Les crises sont liées

Par Mardi 28 octobre 2014 Permalink 28

La France traverse différentes crises dont l’issue risque d’être la désintégration de la nation. L’économie du pays va très mal. La politique est menée par des personnages dont l’étoffe n’est pas à la mesure des enjeux. La notion même d’identité française est diluée par une immigration exagérée refusant de s’insérer. Ses drames ne sont pas indépendants les uns des autres.

La situation économique est en partie l’aboutissement d’une politique démographique absurde qui a accru et appauvri la population vivant sur le sol français de façon déraisonnable. La répartition des déficits est assez révélatrice à ce sujet! La crise budgétaire actuelle est le pendant du chômage de masse irréversible, d’une fiscalité jugée trop complexe pour oser dénouer l’écheveau, d’une récession camouflée par un déficit insupportable.

La crise politique vient de l’absence de crédibilité portée aux dirigeants et à ceux susceptibles de les remplacer. Le refus des réformes par peur d’être démis par le peuple est une lâcheté les disqualifiant non seulement en France mais aussi vis à vis des chefs d’états étrangers. Que ce soit,  par exemple, les professions réglementées ou le périmètre des régions ou encore le choc de simplification, tout finira par une débâcle en rase campagne car le seul objectif est de tenir coûte que coûte à son poste, de bénéficier des avantages le plus longtemps possible, de parader à travers le monde, d’anesthésier une population par des déclarations lénifiantes et de parier sur son absence de réaction.

Chacun a compris que la crise identitaire est due à la déstabilisation voulue de la population par l’afflux jamais connu auparavant d’une autre aux caractéristiques très opposées et à la religiosité exacerbée qui provoque incompréhension, rejet, appauvrissement culturel. Des conflits ethniques dans l’hexagone sont certains et commenceront dès que les habitants se prévalant de l’islam se sentiront suffisamment forts pour défier l’état. En attendant, le pourrissement des rapports entre les communautés continue et la loi n’est plus appliquée de la même façon sur l’ensemble du territoire.

Les problèmes économique et identitaire en sont à leurs prémices. Si les chances d’inverser le processus sont infinitésimales, sa rapidité dépend de la qualité des dirigeants. Tout s’est accéléré depuis 2007 avec une gouvernance UMP ou PS manquant pour le moins de hauteur de vue et surtout de foi dans le pays et dans son peuple. Des élus souvent corrompus discréditent, par dessus le marché, l’action politique.

La crise s’accentuant va certainement dans les mois à venir entraîner des élections anticipées. La décadence actuelle exige un changement radical. Seul l’espoir redonnera du baume au cœur d’une population désabusée mais il ne viendra que par la tentative de résoudre les crises économiques, politiques et identitaires simultanément.

Frédéric Le Quer

28