Les algériens votent aussi

Par Mardi 2 mai 2017 Permalink 5

Un autre grand pays, le plus grand d’Afrique en superficie, vote aussi cette semaine. Le 4 mai, les algériens sont invités à élire leurs députés. À vrai dire ce scrutin n’intéresse personne pas plus en Algérie qu’à l’étranger! La clique Bouteflika est indéboulonnable. Le vieillard était déjà ministre de la jeunesse et des sports en 1962!!!

Cet accaparement du pouvoir explique en grande partie les maux dont souffre la nation. Ce conservatisme éloigne les citoyens des urnes qui sont à peine au courant de ce scrutin et les jeunes plus particulièrement sont abstentionnistes à 80%. La liberté de la presse est remise en cause. « On ne paie pas les journalistes durant deux ans, c’est une manière de les asservir, de les aligner, de les conditionner et de leur enlever toute capacité d’esprit critique », explique Said Sadi un opposant au régime. Mais en tant que français, difficile de donner des leçons sur ce sujet compte tenu de qu’on voit pour notre présidentielle!!!

Pourtant les chantiers en Algérie ne manquent pas. L’économie entièrement dépendante du pétrole est très alarmante. Toute la région au delà des frontières est d’une instabilité politique que tout le monde connaît, en partie due aux occidentaux, d’ailleurs. À l’intérieur, les islamistes attendent patiemment leur heure exerçant sans relâche des pressions vis à vis des citoyens pour imposer une religiosité au moins d’apparence. Par exemple, l’état exige dans les listes électorales la mixité mais certains partis refusent de montrer les visages des femmes sur leurs affiches. Autre exemple si quelqu’un est pris à manger pendant le ramadan, il est illico presto envoyer en prison. En fait ces contraintes sont de mieux en mieux acceptées et la laïcité algérienne dérive lentement mais sûrement vers une religiosité marquée. La polygamie redevient fréquente en réglant factuellement un problème démographique qui voit le nombre des femmes supérieur à celui des hommes. Si l’on ajoute le faible niveau d’étude des jeunes, terreau nécessaire pour l’extrémisme religieux, le pays finira par sombrer dans un obscurantisme sunnite dont il aura du mal à se dépêtrer.

La seule et vraie raison de n’être pas totalement négatif vient de l’active diaspora franco algérienne. Éduquée et plus ouverte sur le monde, elle pourra, si elle le veut, rectifier dans son pays d’origine un avenir qui semble pour le moment bien compromis et que les élections de jeudi ne feront pas changer.

Frédéric Le Quer

PS: En une, Assekrem Tamanghasset