Le pouvoir est à ramasser

Par Jeudi 16 février 2017 Permalink 2

Le pouvoir est en France à ramasser. Le premier qui saura se baisser, récupérera la mise comme lors des grands bouleversements de l’histoire. N’importe quel type entreprenant fera l’affaire. Peu de citoyens se lèveraient pour venir contester son coup d’état qui chasserait l’incompétent actuel de l’Elysée qu’aucun français n’a la moindre envie de soutenir.

La France va mal, on ne peut plus mal. Des Macron ou Hamon sont en passe d’obtenir le Graal. Hamon et Mélenchon réunis ont plus d’intentions de vote que le parti communiste dans les années 60, 70! Macron ne cesse de pourfendre son pays qui d’après lui n’a pas de culture, qui aurait agi durant un siècle et demi en Algérie tel le régime nazi, qui doit s’excuser de tout et surtout d’exister. Et malgré cela au lieu d’être hué par des citoyens exaspérés, il caracole en tête des sondages pour être le futur président de la république. La France est à l’agonie.

Les médias ne cesse d’étouffer les casseroles en se trompant de métier à vouloir être les gardiens de la stabilité du régime. Rétrospectivement effrayés de ce qu’ils ont osé faire à Fillon, ils se taisent sur le comportement honteux du porte parole de celui-ci, Solère qui doit des impôts qu’il ne paie pas depuis plus de 5 ans ou qui refuse de payer ses taxes foncières… Ils s’écrasent sur les émeutes qui se déroulent partout en France et même à quelques centaines de mètres des lieux de pouvoir dans la capitale. Un rapprochement entre les groupuscules d’extrême gauche et la racaille de banlieue allant du dealer de drogue à l’islamiste, ce sont parfois les mêmes, tente de mettre à bas l’état français qu’on n’a pas vu aussi faible depuis 1939.

La France souffre et fait souffrir les patriotes. Sa disparition est devenue l’objectif de nombreux politiques. Si elle se désagrège de l’intérieur depuis trente ans par sa faute, certains espèrent maintenant un coup de pouce de l’extérieur pour la faire exploser. De Bruxelles à Alger, tous ses ennemis sont bons à prendre. Aujourd’hui la France peut mourir.

Frédéric Le Quer