Le nouveau peuplement fait grincer des dents

Par Samedi 26 mars 2016 Permalink 1

Nos institutions et leurs affiliés, les médias, rejettent tous les parallèles entre le nouveau peuplement de l’Europe venu d’Afrique et du moyen orient et les attentats terroristes. Le pape a trouvé le moyen en se lamentant sur les horreurs de Bruxelles la semaine de Pâques de ne même pas prononcer le mot islam. Désignez l’ennemi, Très Saint-Père, désignez l’ennemi!

Mais, hors du continent, les langues se délient. Hors du continent, les agressions répétées de ces fanatiques commencent à affoler. Hors du continent, des responsables politiques somment les dirigeants européens de faire preuve de plus de fermeté.

Si tous les candidats à la présidentielle américaine sont intervenus à ce sujet, Donald Trump s’est fait remarqué en n’hésitant pas à comparer Bruxelles d’aujourd’hui avec ce que la ville était par le passé. Il englobe Paris au passage et se plaint de l’Union Européenne et de son laxisme. Bien sûr notre presse bien pensante le fustige mais elle n’a pas un mot au sujet de ces migrants qui à Hanovre sur une place de la ville font la nuit des exercices militaires. Pour une religion de paix, c’est un peu curieux! Donald Trump reprend sa proposition d’interdire le territoire américain aux musulmans. Elle choque mais a-t-on trouvé une riposte plus sûre?

Israël a beau jeu de critiquer aussi l’Union Européenne. Nos institutions osent stigmatiser certains de ses produits. Le gouvernement français laisse sa population musulmane  boycotter en toute illégalité le made in Israël. Les juifs sont en train d’être chassés d’Europe alors qu’avec les chrétiens, ils ont historiquement fait la grandeur du vieux continent. Le ministre des Sciences, de la Technologie et de l’Espace, Ofir Akounis, a accusé l’Europe d’avoir ignoré le danger posé par « des cellules terroristes islamiques » sur son sol, préférant critiquer Israël. Il a raison. L’Europe se trompe d’ennemi et devrait appliquer les méthodes des israéliens concernant la lutte contre le terrorisme qui ont permis de sécuriser leur pays en grande partie.

Mais l’Europe centrale n’est pas en reste pour se plaindre de l’attitude des politiciens de l’ouest. La Pologne appliquant les recommandations de Trump pour les USA refuse dorénavant d’accepter le peuplement qu’on veut lui imposer. La Hongrie durcit ses lois antiterroristes. Le président Thèque déclare clairement que « la menace terroriste est liée à la crise des migrants ». Et les quatre membres du groupe de Visegrad de fermer leurs frontières à ceux-ci.

Même le Frankfurter Allgemeine Zeitung titre que l’Allemagne doit remédier aux lacunes des belges!

L’émotion sclérosante connue jusque là après les assassinats est en train de se transformer, non pas en France bien sûr, mais ailleurs, en révolte de la part de citoyens refusant d’être les victimes d’une religion hégémonique. Cette nouvelle réaction remplie de bravoure et non plus de lâcheté est rassurante. C’est la seule lueur d’espoir de cette terrible semaine.

Frédéric Le Quer