Le meurtre d’un prêtre

Par Mercredi 27 juillet 2016 Permalink 3

Le meurtre d’un prête célébrant la messe dans notre pays imprégné de catholicisme est une étape supplémentaire franchie par les djihadistes. Le symbole est plus fort, même si la tragédie est identique, qu’il eut été avec un pope, un pasteur, un rabbin car toute l’histoire de France, toute la culture française sont ainsi stigmatisés et honnis.

Les tenants du politiquement correct s’en sont immédiatement rendus compte et ne cessent de répandre dans les médias leurs paroles mielleuses et fielleuses vis à vis des citoyens. Le gouvernement rabâche son leitmotiv sur le risque de division de la société comme si elle était encore unie! Pour obtenir un commencement de cohésion, un minimum de valeurs communes doivent être établies. Mais l’évolution des pays musulmans
depuis des siècles montre que l’Occident n’a strictement rien de commun avec l’islam. Les arabes en France doivent se débarrasser de leurs horipeaux religieux pour s’intégrer. Mais nos dirigeants, au lieu de mettre les points sur les i, préfèrent laisser croire que le risque vient de la population française qui pourrait perdre son sang froid! La rhétorique est abjecte et prouve encore la lâcheté du gouvernement préférant nous laisser massacrer plutôt que de réagir.

Mais que dire de l’attitude de l’église? Du discours révolutionnaire de Jésus, elle ne voit qu’un message de lâcheté et se perd dans sa soumission à l’islam. Les évangiles sont tout le contraire de ce que prônent les instances religieuses car à l’inverse de ses membres apostats, elles sont conquérantes et inflexibles. Avec des bergers qui conduisent leurs troupeaux vers la mort, les fidèles ont bien du courage… Pourtant ils furent nombreux à aller hier mettre un cierge à l’église près de chez eux en récitant une prière.

Le gouvernement ne fera rien. Le clergé continuera à se dévoyer! Le meurtre d’un prêtre a perdu tout sens pour ces gens. Les solutions existent cependant mais demandent du courage. Arrêter l’immigration, demander de choisir leur pays à ceux qui ont la double nationalité, expulser tous les étrangers dès leur premier délit. C’est la réaction normale d’un pays en vie quand il est attaqué. Un pays qui va vers la mort ne fera rien de tout ça.

Frédéric Le Quer