Le djihadisme salafiste se répand partout

Par Vendredi 3 juillet 2015 Permalink 27

Daesh, Al Qaïda, Jabhat al-Nosra, Boko Haram… Tous ces mouvements fleurissent depuis des années d’Afrique au Moyen-Orient et ont indéniablement maintenant chacun un territoire qui fait passer la frontière taillée à la serpe par les occidentaux pour totalement désuète. Et ils s’étendent comme au Mali par exemple où le sud du pays et la Côte d’Ivoire sont dorénavant la proie d’un autre groupe, encore et encore, du nom de Ansar Dine, celui-ci allié d’Al Qaïda.

Les opérations occidentales contre ces groupes salafistes ne mènent donc nul part. Et puisque c’est le cas, ne faut-il pas plutôt constater la complaisance  dont bénéficient chez eux ces terroristes? Lorsque l’Europe et les Etats Unis aiment se voir comme des forces de liberté, ces mouvements veulent une réelle autonomie rompant catégoriquement avec la colonisation et trouvent dans le salafisme djihadiste leur assise intellectuelle. Et c’est leur affaire! La faiblesse des occidentaux animés d’abord par des intérêts financiers ne peut rien contre la recherche identitaire même si elle apparaît au travers d ‘ignominies et de barbaries perpétrées avec délectation. Sur ces sols étrangers où des pantins autochtones sont placés au pouvoir, l’occident discrédité n’a pas sa place. Inéluctablement de concessions en concessions, il se soumettra, perdu dans des principes sur les droits de l’homme ou la démocratie, notions dont il se targue, qui lui sont propres et qui l’émasculent dans ces régions.

En revanche sur le sol français, européen, américain, les états ont le devoir de protéger leur peuple contre une idéologie venue d’ailleurs. Ce qui est dramatique actuellement c’est qu’au lieu de ça, au lieu de combattre, d’interdire, ils cèdent petit à petit sur des comportements qui défient les lois et creusent leur sillon. Des journaux posent la question sur la façon d’endiguer le courant salafiste dans les mosquées de Lyon ou d’ailleurs. Mais au lieu de chercher à contenir, il faut interdire le salafisme purement et simplement et cesser de vouloir faire un tri mortifère entre ce que serait le bon grain et l’ivraie dans ce courant de pensée parce qu’il constitue une arme contre le mode de vie occidental.

A la place de vouloir faire preuve d’autorité, de jouer les gendarmes partout et en particulier dans ces pays qui nous rejettent et qui maintenant ont les moyens de leurs ambitions, il est temps de reprendre en main chez nous drastiquement, autoritairement, les mœurs qui vont à l’encontre de notre culture et faire disparaître cette usurpation qui détruit progressivement nos pays.

Frédéric Le Quer

PS: La photo à la une représente un bronze de Th Gechter (1796-1844), le combat de Charles Martel et d’Abdherame, roi des Sarrazins. Musée du Louvre.