Le crépuscule de la Grèce

Par Lundi 21 septembre 2015 Permalink 20

Et la Grèce continue de voter allègrement, certes avec un plus d’abstention, mais maintenant que ses citoyens savent que quoiqu’ils choisissent, ils ne décideront pas de leur sort politique et économique, cette constance à se rendre aux urnes est tout à fait remarquable!

Chante, beau merle! Leur a dit la commission européenne et les grecs, bons bougres, poussent la chansonnette et cautionnent ainsi le déni de démocratie. Le plus incroyable est que malgré tout, les sondages avant les élections continuent d’être bidonnés, par habitude, pour que certaines constantes ne changent pas. Un type venu de l’extrême gauche aux affaires, ça ne passe pas… Alors on essaie d’influencer l’opinion publique! Pourtant, il s’est bien embourgeoisé Alexis Tsipras. Elle est loin la révolution. Son peuple en a pris pour des décennies avec sa négociation calamiteuse face à l’Allemagne.

Mais l’homme est un grand politicien. Il a renforcé son pouvoir à bon compte en l’absence d’une quelconque opposition. A sa gauche, il a réussi à les faire passer pour des farfelus d’autant que Varoufakis a renoncé. La droite, soutenue par l’UE était bien trop décrédibilisée après des années de corruption pour gagner. Quant à l’extrême droite, le parti Aube Dorée s’est à peine renforcé. En Grèce les immigrés ne restent pas et ne font que passer… Alors le premier ministre va s’allier avec les souverainistes dont on se demande bien ce qu’ils viennent faire sinon grappiller des postes parce que la souveraineté pour la Grèce, c’est une vaste blague. Et tout va continuer, mais en pire, par rapport à l’année dernière, l’année dernière seulement, on dirait un siècle…

Donc en 9 mois, Alexis Tsipras s’est fait connaître du monde entier. Son ridicule ne l’a pas tué. Si on compte l’abstention son assise dans la population est nulle. Pourtant il a consolidé, non pas son pouvoir, il a renoncé à en avoir, mais sa présence. Il reste à sa place pour longtemps. Ses enfants pourront continuer à aller dans de très chères écoles privées. Lui continuera à fréquenter le beau linge sur la scène internationale. Les grecs continueront à magouiller pour joindre les deux bouts.

Frédéric Le Quer