Le chomage des jeunes cache la misère

Par Mardi 27 octobre 2015 Permalink 0

Le chomage des jeunes de moins de 25 ans recule. Il s’accroît pour tous les autres. Cela permet de se prévaloir de meilleurs résultats pour la catégorie de chômeurs n’ayant exercé aucune activité pendant le mois de septembre. Pour les autres catégories, il n’y a aucune amélioration et les choses mêmes empirent.

Tout l’éclairage va vers ces jeunes pour qui les subventions coulent à flot avec une politique appelée pudiquement traitement social du chomage. Les emplois d’avenir, créés par la loi n° 2012-1189 du 26 octobre 2012 afin de proposer des solutions d’emploi aux jeunes sans emploi peu ou pas qualifiés, effectués pendant une durée de un an à trois ans, sont pour les bénéficiaires, dans une très très large mesure, la porte ouverte vers les bureaux de Pôle Emploi. Mais plus tard, pas tout de suite, le temps qu’ils dépassent 25 ans… Cerise sur le gâteau, tous les contrats signés actuellement avec les administrations ou les collectivités locales seront débouclés seulement après les élections présidentielles de 2017, juste le temps de camoufler les résultats économiques lamentables derrière un cache misère! Alors des centaines de milliers de contrats de ce type sont signés dont l’inutilité est patente pour les intéressés, qui coûtent très chers aux français mais qui permettront à François Hollande de se représenter sans trop se renier.

Il n’est pas question ici d’intérêt public, de quête de bien être pour un peuple, de meilleure protection pour les citoyens. Il s’agit d’une tentative d’accaparement du pouvoir par quelques potentats dont l’intérêt personnel est le seul qu’ils considèrent devoir être pris en compte. Toutes les dissimulations, tous les mensonges sont alors bons pour conserver le job. Quand les élections ne se jouent plus sur le choix de l’électeur entre des idées divergentes mais sur la bobine des candidats, la démocratie est un leurre. La Grèce l’a prouvée. Le Portugal le démontre en ce moment même. La Catalogne le démontrera demain.

En fonction de la façon dont les chiffres du chomage seront observés, un angle positif ressortira toujours jusqu’aux prochaines élections présidentielles. Il n’indiquera aucune amélioration pour les gens mais sera agité comme un slogan publicitaire et tentera de cacher la détérioration du niveau de vie de la population.

Frédéric Le Quer