L’âme française

Par Lundi 18 juillet 2016 Permalink 3

La panique actuelle des milieux politiques concernant les attentats n’a d’égal que leur obstination dans l’erreur d’avoir accepté et de continuer à le faire, sans contrepartie, en France pendant des décennies, des populations en grands nombres à la culture totalement séparée de la nôtre. Si insuffler un sang neuf peut enrichir une nation, s’en repaître sans la moindre précaution aboutit à perdre l’âme de celle-ci. Son âme, c’est le sentiment profond d’être français, c’est le bonheur de se sentir le continuateur d’une histoire, c’est le sentiment d’indivisibilité du peuple animé par un patriotisme qui soude les citoyens. La France intellectuelle avant d’être un drapeau comme chez les anglo-saxons est une devise. Aujourd’hui de « liberté, égalité, fraternité », il reste un champ de ruine dans lequel non seulement les mots n’ont plus de sens mais sur lequel beaucoup d’immigrés veulent qu’il naisse une théocratie, soit l’exact opposé de l’âme française.

Grigny, Vaux en Velin, Dammarie les Lys, Vitry sur Seine, Bron, Vénissieux, Villeurbanne, Evreux, Gonesse, Argenteuil, Garges-lès-Gonesse, Villiers-le-Bel, Compiègne, Calais, Brest, Lille, Roubaix, Bonneuil… Voilà une liste non exhaustive de villes, en dehors de Nice, ayant subi depuis le 14 juillet des troubles dus aux violences perpétrées par la population d’origine africaine vivant sur le sol français, soit de nationalité française, soit étrangère. Et ce ne sont là que les faits divers relayés par les journaux. Dans de plus en plus d’endroit, la situation devient hors de contrôle. Si les dirigeants font tout pour éviter que le peuple ait une vision globale de la situation sociétale, eux la connaissent, cachent et mentent sciemment. L’inéluctable guerre civile s’annonce dans le silence criminel de la Nomenklatura. Partout en France la haine monte et elle vient d’immigrés et de leurs descendants arrivés sans interruption en masse très importante depuis les années 80. Si quelques uns se sont parfaitement intégrés, tous les autres constituent une menace pour la sécurité civile. Le pire est que les médias font mine d’avoir peur de la réaction de ceux qui sont tous les jours attaqués, comme si le risque venait d’eux. C’est proprement abject!

Arrêtez l’immigration! Expulsez tous les criminels étrangers en appliquant pour eux le concept de tolérance zéro! Supprimez la double nationalité et demandez à ceux qui l’ont de choisir leur patrie! Pas d’illusion, nos politiciens ne répondront pas à ces demandes naturelles dénotant une pulsion de vie et le pays mourra en se décomposant.

Frédéric Le Quer